Retour

Les femmes autochtones enceintes auront désormais droit à un accompagnateur

Les femmes autochtones qui doivent quitter leur réserve pour accoucher pourront désormais choisir quelqu'un pour les accompagner.

La ministre fédérale de la Santé, Jane Philpott, annonce la modification d'un règlement « extrêmement improductif », selon lequel seul le voyage de la future mère était remboursé. Ottawa financera désormais le voyage d'un accompagnateur choisi par cette dernière.

« Il s'agit d'un changement de politique majeur », affirme la ministre, ajoutant que l'ancien règlement forçait de nombreuses femmes autochtones à accoucher seules, loin de leur famille et dans un environnement étranger.

Selon Mme Philpott, l'ancien système était la source de « toutes sortes de répercussions négatives ».

La ministre de la Santé dit avoir reçu des témoignages de médecins qui travaillent dans les communautés isolées du nord du Manitoba. Ils affirment que certaines femmes ont tellement peur de quitter leur communauté seules qu'elles cachent leur grossesse, ce qui les prive de soins prénataux.

« Trop souvent, les cris qui retentissent dans les Premières Nations sont des cris de mort, pas des cris à la naissance, affirme Mme Philpott. C'est ce qui m'a menée sur une voie qui vise à ramener les cris de naissance dans nos communautés. » Par ailleurs, le gouvernement fédéral a annoncé un investissement de 83 millions de dollars au Programme de santé maternelle et infantile destiné aux Premières Nations et aux Inuits.

Bien que la nouvelle soit bien accueillie par les communautés autochtones, certaines voudraient que le programme soit élargi pour inclure toutes les personnes malades qui doivent parcourir des distances importantes pour se faire soigner.

C'est notamment le cas des personnes en fin de vie qui doivent quitter leur communauté pour recevoir des soins palliatifs. « Ça veut dire qu'une personne qui veut accompagner un proche en fin de vie doit passer par le programme de prestations de compassion », déplore le Dr Michael Kirlew, médecin de famille à Sioux Lookout, dans le nord-ouest de l'Ontario.

La ministre Philpott avoue que la politique pourrait être améliorée à cet égard. « Dans un processus étape par étape, nous devons nous assurer de rendre justice et équité aux peuples autochtones du Canada. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine