Retour

Les femmes davantage victimes de violence et d'agressions sexuelles en Abitibi-Témiscamingue qu'ailleurs au Québec

À la veille de la Journée internationale de la femme, la porte-parole du Regroupement des femmes de l'Abitibi-Témiscamingue, Louiselle Luneau, estime que de nombreuses inégalités perdurent dans la région et qu'il faut en prendre conscience.

Selon le rapport statistique sur l'égalité « Femmes Hommes » publié en 2015 par le Conseil du statut de la femme, 702 femmes sur 100 000 étaient victimes de violence conjugale dans la région, comparativement à 444 Québécoises sur 100 000.

Le taux d'agressions sexuelles était aussi le plus élevé au Québec en 2011 chez les jeunes femmes, soit de 354 pour 100 000 en Abitibi-Témiscamingue. La moyenne québécoise est de 216 pour 100 000.

Louiselle Luneau estime que plusieurs conclusions du rapport noircissent le tableau de la région en matière d'égalité homme-femme, notamment en ce qui a trait au revenu salarial et à l'emploi.

« Malheureusement, le revenu des femmes est encore plus bas que celui des hommes, dit-elle, et je pense que ça se comprend, dans notre région, compte tenu du fait qu'on est une région « de ressources ». Donc, dans les mines, il y a plus d'hommes que de femmes.

Elle ajoute qu'il faut « qu'on travaille à faire en sorte qu'il y ait plus de femmes qui intègrent ces secteurs de ressources naturelles là ». Selon elle, la sensibilisation demeure un outil primordial pour arriver à l'égalité.

Par ailleurs, le Conseil du statut de la femme lancera demain une série de conférences dans les cégeps pour sensibiliser les jeunes à l'importance d'établir des rapports égalitaires.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un chiot décide de se rafraîchir... dans le réfrigérateur





Rabais de la semaine