Retour

Les jeunes risquent des dommages auditifs importants avec de mauvaises habitudes d'écoute de musique

Un jeune sur quatre risque une perte d'audition à cause de ses habitudes d'écoute de la musique, selon l'International journal of audiology. L'audioprothésiste Karine Herpin a réagi à ce constat en entrevue à l'émission Des matins en or. Elle a rappelé à quel point les dommages auditifs peuvent être importants.

Au Québec, selon Santé Canada, pour ne pas avoir de dommage auditif, il faut respecter la norme de 90 décibels pendant une durée de huit heures d'écoute. « Le jeune qui est soumis à cette exposition au son fort pendant plus d'une heure par jour pendant 5 ans développe le même risque que l'adulte qui a travaillé dans une mine », illustre Mme Herpin.

Elle ajoute qu'à chaque augmentation de cinq décibels, le temps d'écoute doit être diminué de moitié. Selon elle, le meilleur moyen de prévention est la sensibilisation auprès des jeunes, mais aussi le choix de l'équipement.

« Si on prend, disons, des écouteurs qui sont par-dessus les oreilles, qu'on appelle des "supras", à ce moment-là on va réduire davantage les bruits ambiants et on va avoir un casque qui est plus sécuritaire que les écouteurs de type "intra" qui peuvent, à cause de la grosseur du conduit, avoir un son qui est encore plus fort que celui qui est prévu », met-elle en garde.

Plus d'articles

Commentaires