Retour

Les microbrasseries de la région inquiètes de la possible réintroduction de la taxe sur l'alcool

Les brasseurs de la région sont inquiets de la proposition du rapport Godbout de réduire l'abolition de la taxe spécifique sur l'alcool.

En 2003, l'Association des microbrasseries de bière du Québec avait conclu un accord avec le gouvernement provincial pour diminuer la taxe sur l'alcool des deux tiers et l'établir à 25 cents par litre de bière produit.

Des répercussions économiques pour les brasseurs

Dans son rapport remis au gouvernement en mars, le fiscaliste Luc Godbout propose de rétablir graduellement cette taxe sur une période de cinq ans, jusqu'à 67 cents le litre.

Le propriétaire du Trèfle noir croit que cette mesure pourrait compromettre le développement des brasseurs de la région.

Alexandre Groulx, qui estime le surplus à payer entre 40000 et 60000 dollars, croit que cela pourrait avoir des répercussions économiques. « Au niveau des investissements, au niveau des dépenses, de la création d'emplois, [de la croissance] des microbrasseries, je ne croirais pas que les microbrasseries en région auraient autant d'expansion, dit-il. D'autres projets qui se développeraient ici ou ailleurs au Québec, je ne pense pas qu'on ait autant de latitude avec une [mesure] comme celle-là. »

Écoutez l'entrevue avec le propriétaire du Trèfle noir, Alexandre Groulx : 

Les membres de l'Association des microbrasseries de bière du Québec préparent un mémoire pour présenter les conséquences que pourrait avoir cette mesure. Ils souhaitent le déposer vers la fin du mois d'août.

Plus d'articles

Commentaires