L'industrie du bois en Abitibi-Témiscamingue a besoin de trouver de nouvelles sources d'approvisionnement et courtise les propriétaires de terres privées.

Louis-Philippe Denommé, administrateur au Syndicat des producteurs de bois, affirme que le bois de la région est recherché sur les marchés en raison des caractéristiques régionales de la fibre.

C'est le cas pour l'épinette noire, dont la croissance au ralenti se traduit par un bois ayant une plus grande résistance à la compression.

« C'est du bois de qualité, une bonne fibre, recherché en Abitibi-Témiscamingue pour une croissance plus serrée. Il y a des marchés cibles, des compagnies qui viennent d'Iran, qui cherchent du bois spécifiquement de l'Abitibi dans certaines usines ici en région. »

Dans la dernière année, 480 000 mètres cubes de bois ont été mis en marché selon les données fournies par le Syndicat des producteurs de bois.

Le syndicat multiplie d’ailleurs les démarches pour recruter de nouveaux producteurs, explique l’administrateur Gilles Adam.

« Il y a beaucoup de propriétaires de boisés qui n'exploitent pas, souvent par manque d'information, dit-il. Souvent, ce sont des cultivateurs qui ont des terres agricoles, qui ont des lots à bois, mais qui sont déjà beaucoup occupés et qu'ils n'ont pas le temps de les exploiter. Ce sont les gens que l'on rencontre le plus souvent ».

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine