Retour

Les rodéos d'Abitibi-Témiscamingue sont-ils menacés?

Une demande d'injonction visant à interdire la tenue d'un rodéo professionnel lors du 375e de Montréal pourrait avoir des répercussions jusqu'en Abitibi-Témiscamingue. À l'origine de cette injonction, le professeur de droit de l'Université de Montréal, Alain Roy. Ses élèves et lui affirment que les rodéos ne respectent pas la nouvelle loi qui stipule que les animaux sont reconnus comme des êtres vivants pourvus de sensibilité. La cause sera débattue le 16 juin. D'ici là, les organisateurs de festival western dans la région sont inquiets et suivent la situation de près.

Avec les informations de Tanya Neveu

Le président de Wild Time, Sylvain Bourgeois, produit une trentaine de rodéos professionnels par année au Québec, dont celui de St-Tite en Mauricie. Plus près de chez nous, au mois d'août, il amène ses bêtes à St-Bruno-de-Guigues et Malartic. « Les productions Wild Time, on est des précurseurs dans le bien-être animal. Les chevaux qu'on utilise, ce sont des élevages qui remontent à plus de 70 ans de génétique. Ce sont des chevaux élevés dans le but d'en faire des chevaux de rodéo », fait-il valoir.

Il craint que la demande d'injonction contre le rodéo de Montréal crée des précédents aux autres festivals westerns, comme celui de St-Bruno-de-Guigues qui célèbre son 36e anniversaire cette année. La présidente de l'événement, Manon Plante », affirme que « notre festival tient autour de ces rodéos-là. C'est l'attraction principale de notre festival. Les vendredis et samedis soir, il y a près de 4000 personnes dans les estrades. Si jamais on n'a plus de rodéo, notre événement ne tient pas la route. »

L'organisation du Festival western de Malartic s'inquiète aussi de cette situation. La coordonnatrice, Lynda Perreault, souligne que « sans activité équestre, il n'y a plus de festival western. On sait que c'est au-delà de 12 000 festivaliers l'an passé qui ont couru notre festival. On parle de retombées économiques importantes pour la MRC et pour Malartic. »

En soutien à la cause des rodéos professionnels, deux mouvements ont été créés dans les médias sociaux.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine