Retour

Les températures glaciales compliquent le travail des pompiers

Les temps froids des derniers jours compliquent le travail des services de sécurité incendie.

En plus de devoir affronter des températures glaciales lors d'une intervention, les pompiers sont tenus d'assurer en tout temps que leur matériel ne gèle pas.

Pour assurer la circulation de l'eau, le directeur du service incendie d'Amos, Pierre Gagnon, explique que les pompiers laissent couler un mince filet d'eau en tout temps dans les tuyaux.

« C'est sûr que les compartiments pompe sont chauffés, mais l'eau en tant que telle dans le réservoir ne l'est pas. Lorsqu'on arrête d'arroser, ça gèle automatique. Le principe c'est de toujours faire circuler notre eau. Aussi, au niveau des lances, ça arrive souvent à très basse température, ça gèle directement dans les lances, c'est un gros problème », explique Pierre Gagnon.

Le matériel utilisé par les pompiers est également sujet au gel, explique le chef aux opérations du Service de sécurité incendie de Val-d'Or, Éric Hébert.

« L'air qu'on respire est humide, donc ça arrive à l'occasion que certains appareils respiratoires lorsque les pompiers sortent d'un incendie, du chaud au froid, les appareils respiratoires gèlent et deviennent inutilisables pour le reste de l'intervention », précise Éric Hébert.

Il ajoute que les « habits de combat sont faits pour aller sur des interventions, sont imperméables, mais lorsqu'ils sortent d'une intervention à l'extérieur, avec des froids comme aujourd'hui, c'est sûr que tous les pompiers gèlent, tout l'équipement gèle aussi. »

Il ajoute que les équipes de pompiers doivent se relayer pendant toute la durée de l'intervention.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les pires inondations





Rabais de la semaine