Retour

Les travailleurs de la région deux fois plus à risque de surdité que le reste des Québécois

Le taux de surdité chez les travailleurs de l'Abitibi-Témiscamingue est deux fois plus élevé que dans le reste de la province, révèle un fascicule produit par la direction de santé publique du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT) à partir de données de l'Institut de la statistique du Québec (ISQ) en 2014-2015.

D'après une entrevue de Félix B. Desfossés

Quelque 6 % des habitants de la région vivent avec une surdité liée à une activité professionnelle, comparativement à un taux de 3 % pour l'ensemble de la province du Québec. Les hommes seraient particulièrement à risque puisque 21 % d'entre eux travaillent dans un milieu de travail où le bruit est considéré comme intense, contre 4 % pour les femmes de l'Abitibi-Témiscamingue.

L'exploitation des ressources naturelles pointée du doigt

« C'est surtout dans le secteur de l'économie primaire, d'activité économique primaire, donc on parle ici d'agriculture, foresterie, domaine minier, précise l'agent de planification, de programmation et de recherche à la direction de santé publique, Guillaume Beaulé, ajoutant que les hommes sont plus particulièrement touchés par la surdité. Dans ce domaine-là, [ce sont] deux travailleurs sur cinq qui se disent exposés à du bruit intense, alors que dans le domaine des services, c'est 6 %. »

Les données analysées par le CISSS-AT proviennent de L'enquête sur la santé de la population de l'ISQ. Ce dernier définit du bruit intense comme « du bruit qui ne permet pas à deux personnes à quelques pieds de distance d'avoir une conversation, même en criant », soit au-delà de 85 décibels, indique M. Beaulé.

Que faire?

« C'est une question de prévention comme c'est souvent le cas, poursuit M. Beaulé. [Donc, c'est] de rappeler aux travailleurs l'importance de porter les coquilles, les bouchons, tous les appareils de prévention pour réduire l'intensité du bruit. C'est sûr que les entreprises peuvent aussi faire des installations pour avoir des machines qui sont moins bruyantes et tout ça, même si ce sont des investissements à long terme. »

Si l'on ne tient pas compte de l'exposition au bruit en milieu de travail, l'Abitibi-Témiscamingue présente un taux de surdité de 18%, soit près d'une personne sur cinq. Cette proportion est de 14% au Québec.

Plus d'articles

Commentaires