Retour

Logement social : consultation publique de la SHQ sur fond de manifestation à Val-d'Or

La Société d'Habitation du Québec (SHQ) était à Val d'Or lundi dans le cadre d'une consultation publique. Cette consultation fait partie de la tournée provinciale de la SHQ qui a été annoncé en avril dernier par le ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux. Elle porte sur la nouvelle approche d'intervention en habitation que le gouvernement entend adopter au cours des prochaines années.

« Un manque criant de logements »

Des élus et des représentants d'organismes communautaires d'habitation de l'Abitibi-Témiscamingue sont entendus tout au long de la journée.

La représentante du Réseau québecois des OSBL d'habitation, Stéphanie Rajotte, explique ce qui retient déjà l'attention des intervenants rencontrés, ce matin, à Val-d'Or. « C'est qu'il y a un manque criant de logements. Ça ça semble évident dans plusieurs secteurs et que, dans le cadre du fonctionnement actuel, la plupart des groupes vivent une précarité financière, compte tenu du mode fonctionnement actuel des choses », note-t-elle.

Manifestants sur place

Des manifestants ont aussi fait entendre leurs revendications durant la consultation. Le coordonnateur de l'Association des locataires de l'Abitibi-Témiscamingue (ALOCAT), Bruce Gervais, explique que les militants ont décidé démocratiquement de tenir cette action pour faire entendre leurs inquiétudes face la nouvelle approche d'intervention en habitation de la SHQ.

« On fait une consultation qu'on trouve très expéditive et on dit qu'on a une meilleure stratégie. On ne nous la nomme pas tout à fait, malgré que nous on ait peur qu'il y ait davantage de subventions offertes notamment à des propriétaires privés pour qu'ils puissent aider les gens qui ont moins de sous, mais ça, ça ne construit pas du logement social », soutient M. Gervais.

M. Gervais calcule que sur 388 logements sociaux construits en 20 ans avec le programme AccèsLogis en Abitibi-Témiscamingue, aucun n'a été construit « pour les personnes seules, aucun ou presque pour les familles un peu plus nombreuses, les 5 1/2 et plus. »

La Sûreté du Québec a été appelée sur place et a demandé aux manifestants de quitter. Une demande qui a été respectée après négociations.

Plus d'articles

Commentaires