Retour

Lutte électorale à Senneterre : les candidats font le point sur la campagne

Les deux candidats au poste de maire à Senneterre, Jean-Maurice Matte et Simon Roy, ont profité de la fin de la campagne pour faire le point sur leurs engagements.

Un texte de Thomas Deshaies

Le maire sortant, Jean-Maurice Matte, promet de mettre en place un plan de recrutement et d’établissement de la main d’œuvre, d’appuyer le projet d’aménagement du mont Bell et d’épauler la commission scolaire dans la construction d’une nouvelle piscine.

Jean-Maurice Matte invite les citoyens à voter pour la continuité. « On leur (citoyens) fait confiance pour que dimanche, on puisse élire un maire qui va poursuivre dans la continuité, qui va poursuivre avec de l’expérience et qui va pouvoir continuer à travailler », souligne M. Matte.

Senneterre a besoin d’une nouvelle approche, clame Roy

Tout en reconnaissant que M. Matte ait accompli « de grandes choses » durant les dernières années, Simon Roy propose aux citoyens d’oser le changement. « À un moment donné, après 15 ans, c’est peut-être le temps de changer de recette, estime M. Roy. Essayer un candidat a une autre façon de voir les choses : D’autres valeurs, d’autres idées, d’autres projets. »

Le candidat promet, notamment, de mettre sur pied un plan incitatif industriel. M. Roy a aussi plusieurs engagements pour améliorer la vie démocratique. Il souhaite, entre autres, webdiffuser les séances du conseil, établir un budget participatif et instaurer un conseil jeunesse.

L’usine d’embouteillage d’eau du robinet

L’usine d’embouteillage d’eau du robinet du Groupe eau mondial VD est revenu à l’ordre du jour au courant de la campagne. Le candidat Simon Roy s’est en effet engagé à hausser le montant des redevances qu’il considère « ridicule ». S’il est élu, il affirme vouloir renégocier l’entente au courant de la première année de son mandat.

Rappelons que l’entreprise prévoit embouteiller 24 000 litres d’eau par jour et la Ville demande 15,12 $ en échange. « Si vous voulez aller racheter cette quantité d’eau à l’épicerie, ça va vous vouter 36 000 $, cela n’a pas de bon sens », s’exclame-t-il.

Les redevances sont tout à fait convenables, selon M. Matte. Il rappelle que le taux de taxation pour le bâtiment passera de 8 500 $ à 70 000 $ par année. « C’est un beau dossier qui a été bien travaillé, tranche M. Matte. Toutes les rencontres ont été faites dans la dernière année avec le promoteur. »

M. Matte prétend que Simon Roy, alors conseiller municipal, ne s’est pas présenté aux rencontres avec les élus et le promoteur, ce qu’il trouve désolant. « De mentionner qu’on va rouvrir tout cela alors que les discussions se sont faites, c’est un peu dommage », affirme M. Matte.

« Je n’étais effectivement pas présent pour des raisons familiales, mais cette rencontre, c’était juste le promoteur qui est venu présenter un PowerPoint « à la va-vite ». Dès le caucus suivant, j’ai eu la même information, réplique M. Roy. Moi ce que je dis, c’est qu’il faut une rencontre entre le promoteur et les citoyens, pas juste avec les conseillers puis le maire. »

M. Roy déplore que l’entreprise ait refusé toutes les demandes d’entrevue et ne se soit jamais adressée à la population. Il précise ne pas s’opposer au projet, mais plutôt vouloir renégocier les termes de l’entente.

Aucun débat électoral à Senneterre

Jean-Maurice Matte a refusé toutes les propositions afin de participer à un débat électoral. Certains échanges ont toutefois eu lieu sur les réseaux sociaux entre les deux candidats.

« Le ton de la campagne a été donné très tôt par l’entremise des réseaux sociaux et on voit qu’il y a des positions qui ont été campées très rapidement, affirme M. Matte. [Un débat] aurait eu un effet de division. »

« Lorsque les gens sont très campés dans leurs positions, ce n’est pas un débat qui va nous amener plus loin au niveau de l’information aux citoyens », ajoute-t-il. Il estime que l’absence d’un débat n’a, en aucun cas, empêché les citoyens d’avoir accès aux propositions des deux candidats. Il croit que le débat n’était pas une demande des citoyens.

« Beaucoup de gens en ville me disaient, pour une fois, on a enfin un choix entre deux bons candidats, mais on ne pourra même pas aller les entendre débattre, on ne pourra même pas aller les voir partager ou confronter leurs idées », se désole quant à lui M. Roy, qui avait rapidement accepté de participer à un débat. « C’est donc de dire que dans la vie, ça ne donne rien les débats? », se questionne M. Roy.

Le taux de participation au vote par anticipation à Senneterre a été très élevé, passant de 10 % à 20 %, en comparaison à 2009. Il semble donc que les électeurs aient beaucoup d’intérêt pour cette course. Reste maintenant à voir s’ils se rendront aussi massivement aux urnes dimanche.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine