Retour

Lyne Gironne de nouveau DG de la MRC de Témiscamingue

La MRC du Témiscamingue a accepté, mercredi soir, de réembaucher Lyne Gironne comme nouvelle directrice générale. Lyne Gironne reprend son ancien emploi avec un nouveau contrat de travail de plusieurs pages.

Avec les informations de Boualem Hadjouti

Le préfet Arnaud Warolin explique que la table des maires a approuvé la démarche à travers une résolution. « Dans la discussion qu'on avait eue avec Mme Gyronne, on lui avait proposé un congé sans solde. Ça, ça a toujours été clair. Elle est allée faire un test dans le privé. Elle a réalisé qu'elle préférait son emploi à la MRC. Elle nous a redemandé de la réembaucher. On a émis des conditions à cette réembauche-là. On a un contrat en bonne et due forme. Il y a quatre points qui ont été amenés, qui sont clairs. Son salaire était de 69 000 $ [et des poussières], ilk passe à 74 500 $. On s'est basés sur la moyenne », souligne-t-il.

Le maire de Ville-Marie, Bernard Flebus, a voté contre la résolution. Selon lui, la MRC aurait dû donner plus de temps aux maires pour étudier le contrat de réembauche de la directrice générale.

« Je n'ai pas voté contre le salaire, je n'ai pas voté sur un point particulier, j'ai émis ma dissidence sur une résolution qu'on nous demandait d'adopter au pas de charge. Il y avait 17 pages qu'on a dû avaler en 45 minutes. J'ai posé une question au préfet : combien de temps avez-vous mis sur cet ouvrage ? Il m'a dit : "J'ai travaillé plusieurs jours puis le weekend et tout". Plusieurs jours ? Le [conseil d'administration] aussi ? Puis nous, on nous demande en 45 minutes de se faire une tête sur un document légal... Mais nous flanquer des résolutions à la dernière minute, comme ça arrive souvent, je suis très mal à l'aise avec ça », explique-t-il.

Rappelons que Lyne Gironne avait démissionné de la MRC en février pour la direction des fermes boréales d'Olymel. Un poste qu'elle quittera un mois plus tard pour ensuite demander sa réintégration à son ancien poste à la MRC.

Un appui au Centre Frère-Moffet

Par ailleurs, la MRC du Témiscamingue appuie le Centre Frère-Moffet pour la formation professionnelle dans sa demande de diversification de son offre de formation. La mairesse d'Anglier, Lyna Pine, qui a parlé au nom du centre, a expliqué mercredi à la table des maires que le centre doit composer avec un nombre limité de formations, ce qui nuit à son développement.

« Nous on demande lorsqu'on a des besoins de formations, qu'on ait la flexibilité de pouvoir les faire, et d'avoir la possibilité d'avoir d'autres cartes qu'on puisse offrir à la population. Ce qui arrive aujourd'hui, c'est qu'on a très peu de cartes et nos cohortes, on ne peut pas vraiment les remplir », a déclaré la mairesse d'Anglier, Lyna Pine.

Plus d'articles

Commentaires