Retour

Macamic préoccupée par la réfection du pont qui enjambe la rivière Loïs

La municipalité de Macamic est préoccupée par la réfection envisagée du pont de la route 111.

Le maire Claude Morin a rencontré la direction régionale du ministère des Transports il y a quelques semaines pour demander à ce qu'un pont temporaire soit construit au moment de la reconstruction, qui est prévue dans quelques années.

C'est ce que le pont est situé à quelques centaines de mètres du Centre d'hébergement et de soins longue durée de Macamic et le maire espère que les usagers et les services d'urgence n'auront pas à faire un détour.

Le maire Claude Morin cite l'exemple des services de sécurité incendie. « Comme est à quelques centaines de pieds de la caserne, je verrais d'un très mauvais oeil le fait de faire un détour avec le camion incendie par le rang 6 de Poularies, passer par Taschereau et revenir à Macamic, illustre-t-il. Ça n'a pas de bon sens! Mais j'ai eu une bonne écoute de monsieur Coutu au ministère [des Transports] qui regarde des alternatives. »

Fin de vie

Le ministère des Transports confirme que la structure, construite en 1949, arrive à la fin de sa vie utile et qu'une reconstruction est inévitable d'ici quelques années. Il n'a cependant toujours pas d'échéancier. Le porte-parole Luc Adam assure que des discussions seront tenues avec les intervenants concernés, notamment les élus de Macamic.

« On prend en considération toutes les préoccupations, mais on n'a pas encore statué sur la gestion de la circulation, concède le porte-parole du MTQ. La gestion de la circulation pour n'importe quelle reconstruction de pont, il n'y a pas 36 solutions, il y en a trois finalement : soit on utilise une voie de détour par les chemins actuels, soit on construit un pont temporaire, soit on y va par phases. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine