Retour

Malartic consulte sa population sur le service de déneigement

Plusieurs dizaines de citoyens de Malartic ont pris part samedi à une consultation sur le déneigement.

Un texte de Boualem Hadjouti

La Ville a amorcé depuis quelques mois une réflexion sur les coûts reliés au service et veut savoir si elle doit améliorer ses pratiques.

L'attribution par la Ville d'une partie du déneigement à une entreprise privée en décembre a également soulevé des craintes du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) d'une privatisation du service.

Lors de la rencontre qui s'est déroulée au Théâtre Meglab, la Ville a expliqué qu'elle doit trouver une solution pour combler le déficit du service qui tourne autour de 250 000 $.

Elle a proposé deux scénarios aux citoyens, soit d'augmenter la taxe de déneigement ou de diminuer le nombre de rues concernées par l'enlèvement de la neige.

La Ville devra prendre une décision dans les prochains mois, explique le maire Martin Ferron.

« On a atteint une durée maximum ou on peut piger ailleurs, dit le maire. En moyenne, on doit couvrir nos frais, c'est ce qu'on ne fait pas actuellement. Il faut qu'on change de mode, qu'on se réajuste. [Soit] on ne ramasse pas dans toutes les rues, qu'on le mette de côté dans certains quartiers, qu'on garde uniquement les rues principales en déneigement complet, ou bien vous êtes prêt à payer plus pour garder le même service. »

Le maire ajoute qu'il ne s'agit pas d'un referendum, mais d'une « grande consultation et à chaque citoyen de faire valoir ses prérogatives et on va s'ajuster par rapport aux commentaires qui nous seront envoyés. »

Plusieurs citoyens ont pris la parole. Certains voulaient savoir s'il n'y avait pas un autre scénario possible, d'autres la raison qui a poussé la Ville à proposer d'augmenter la taxe de déneigement alors que ses revenus sont en hausse constante.

Plus d'articles