Retour

Manifestation à Rouyn-Noranda pour dénoncer l'arrestation d'un activiste

Une centaine de personnes ont manifesté à Rouyn-Noranda jeudi soir pour dénoncer l'arrestation d'un manifestant survenue la semaine dernière lors d'un rassemblement pour un réinvestissement dans les services publics et les programmes sociaux, près du bureau du ministre Luc Blanchette.

L'agent sociopolitique du Regroupement d'éducation populaire de l'Abitibi-Témiscamingue, Danik Laporte, avait été arrêté après s'être rendu dans les bureaux du député de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Luc Blanchette. Les groupes communautaires de l'Abitibi-Témiscamigue estiment que cette arrestation brime leur droit de manifester. 

Jeudi, les manifestants ont tenté de perturber une rencontre du ministre régional, Luc Blanchette, qui avait lieu à la bibliothèque, mais les policiers ont bloqué l'entrée.

Les manifestants ont ensuite marché dans les rues du centre-ville pendant plusieurs minutes. Une dizaine de policiers sont intervenus pour faire cesser la manifestation qui était illégale. Tout est finalement rentré dans l'ordre vers 18 h 30, il n'y a eu aucune arrestation.

Des gens de Montréal ont tenu à participer à l'événement, dont un militant du FRAPRU de Montréal, Normand Laforce.

« Je ne vois pas la nécessité d'avoir dix véhicules de la Sûreté du Québec qui pourraient faire autre chose que de suivre des manifestants. Je considère que c'est exagéré et qu'on met le pied sur une lourde répression policière », déplore-t-il.

La Sûreté du Québec mentionne que son rôle est d'assurer la sécurité des manifestants et des citoyens. Le corps de police ne commentera pas le nombre de policiers présents lors de l'événement.

Le président de l'Association des locataires de l'Abitibi-Témiscamingue, Denis Deschamps, affirme pour sa part que le ministre Blanchette fait tout pour les éviter.

« On s'est présentés à l'endroit où M. Blanchette était. On a demandé poliment, trois personnes, dont moi, de le rencontrer pour qu'il réponde à nos questions, mais les policiers nous ont avisés qu'on ne pouvait pas passer », a-t-il affirmé. 

Réaction du ministre

Le député de Rouyn-Noranda-Témiscamingue et ministre responsable de l'Abitibi-Témiscamingue, Luc Blanchette, répond qu'il était en rencontre avec des enfants et des aînés pour traiter des question d'intimidation.

Il se dit prêt à rencontrer les manifestants, avec ou sans ordre du jour.

Avec les informations de Jean-Marc Belzile

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine