Retour

Manifestation à Ville-Marie contre les ruptures de service en anesthésie à l'hôpital

80 personnes ont manifesté ce matin à l'hôpital de Ville-Marie. Les citoyens protestent contre les ruptures de service au département d'anesthésie. Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue confirme que l'hôpital de Ville-Marie pourrait faire face à 17 semaines de rupture de service d'anesthésie en 2016. De son côté, le ministre de la Santé affirme qu'il n'y aura pas de rupture de service.

Manifestation et prise de parole

Des membres du Syndicat de la fonction du Québec étaient aussi présents.

La porte-parole de ce mouvement, Véronique Girard, explique que la population du Témiscamingue est inquiète. « On ne sait plus trop le nombre de semaine. Une vingtaine de semaines sans anesthésiste. Ça veut dire qu'on devra aller accoucher à Rouyn-Noranda. », souligne-t-elle.

Imaginez une situation d'urgence, un accident d'auto... qu'est-ce qu'on fait? Est-ce qu'on attend que quelqu'un décède? Je me pose la question.

Par ailleurs, une mère de trois enfants et enceinte de son quatrième est venue témoigner. Marie-Claude Cloutier a déjà eu un accouchement compliqué.

Son message au ministre de la Santé, Gaétan Barrette, est clair. « Je pense que le ministre ne réalise pas de quoi il coupe les citoyens de notre région. On ne parle pas juste de Ville-Marie, on parle de plusieurs municipalités autour qui s'éloignent ou se rapprochent minimalement de Rouyn, mais toujours à 137 km et plus. Il faut lui faire prendre conscience que ce n'est pas à cette place-là qu'il faut couper », a-t-elle déclaré.

Gaétan Barrette soutient qu'il n'y aura pas de rupture de service

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, assure qu'il n'y aura pas de rupture de service en anesthésie en 2016 à l'hôpital de Ville-Marie. Il compte régler le ministre de la Santé avant qu'elle ne survienne. « Il y a des médecins qui veulent avoir plus d'argent pour aller à Ville-Marie ou autant d'argent qu'avant. On est maintenant dans une dynamique un peu différente qui est celle des CISSS. Cette discussion-là se fait avec la fédération, mais peut-être que la fédération elle-même veut voir les choses différemment », dit-il.

Le ministre de la Santé n'a pas voulu commenter davantage sur les primes accordées ou non aux médecins dépanneurs pour venir combler les besoins dans les régions.

La Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) soutient que des incitatifs financiers pour encourager des médecins à venir remplacer au Témiscamingue ont été retirés par le ministère de la Santé. La présidente de la FMSQ, Diane Francoeur, n'était pas disponible pour accorder une entrevue afin de réagir aux propos du ministre Barrette.

Les effets de la Loi 20

Le ministre assure toutefois que le projet de Loi 20 permettra de combler les besoins en médecine dans les régions. Le gouvernement du Québec a adopté cette semaine la Loi favorisant l'accès aux services de médecine de famille et de médecine spécialisée. Selon Gaétan Barrette, les nouveaux médecins devront désormais aller là où les besoins sont prioritaires pour obtenir une autorisation de facturer des soins à la Régie de l'assurance-maladie du Québec.

« Je vais donner deux exemples, dit-il. Il manque de médecins de famille en Abitibi, il en manque énormément en Outaouais, il n'en manque à peu près pas à Québec. Alors je peux vous dire que les postes offerts ne seront pas uniformément répartis au Québec. Il va y en avoir pas mal moins ou pas à Québec et il va y en avoir pas mal plus en Outaouais ou en Abitibi. »

Actuellement, des Plans régionaux d'effectifs médicaux (PREM) prévoient l'attribution des médecins dans les hôpitaux du Québec. Dorénavant, des plans seront aussi réalisés pour les médecins qui oeuvrent à l'extérieur des hôpitaux. 

Le maire Flebus dubitatif

Le maire de Ville-Marie, Bernard Flebus, avait écrit hier au ministre Barrette pour l'aviser de cette situation. Il accueille avec prudence les commentaires du ministre Barrette.

« Je ne demande qu'à le croire. Mais à date... écoutez, depuis le mois d'août cette situation est connue. Ce n'est pas quelque chose qui est arrivée la semaine dernière. Donc c'est connu, soutient-il. Et les citoyens de Ville-Marie et du Témiscamingue ce matin l'ont exprimé en grand nombre. Donc l'inquiétude reste la même, Et comme je vous dis au lieu de voir un comblement des postes, je vous le dis il y a quatre semaines de plus qui vont être annoncées. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine