Retour

Manifestation des cols bleus à l'Hôtel de ville de Rouyn-Noranda

Les cols bleus de Rouyn-Noranda, qui sont sans contrat de travail depuis le 31 décembre 2014, ont manifesté ce matin devant l'Hôtel de Ville.

Selon le syndicat, les négociations entre la Ville de Rouyn-Noranda et le syndicat SCFP piétinent depuis des mois, malgré la présence d'un médiateur dans le dossier.

Les principaux points en litige sont la rémunération, les horaires de travail et la précarité d'emploi. 

Le Syndicat dit être de bonne foi

Les 104 employés de la Ville de Rouyn-Noranda, qui avaient voté à 98 % pour la tenue d'une grève lors d'une assemblée générale tenue en juin 2015, disent agir de bonne foi dans les négociations. Mais ils souhaitent que la Ville y mette du sien.

« Ça fait déjà pratiquement un an et demi qu'on est sans contrat de travail et on veut rencontrer la Ville pour négocier, rappelle Michel Lesage, du syndicat des cols bleus de la Ville de Rouyn-Noranda. À l'heure actuelle, on n'a pratiquement pas de rencontres même si on a un médiateur dans le dossier. »

« La manifestation a lieu pour signaler à l'Hôtel de Ville qu'on a envie que les négociations s'accélèrent, explique le conseiller syndical du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), Colin Lefebvre. On veut tous arriver à une fin, on est sans contrat de travail depuis décembre 2014. L'idée, c'est de démontrer que les cols bleus sont sérieux dans ce processus-là et veulent que la Ville démontre de l'ouverture pour qu'on en arrive à la fin. »

La Ville dit attendre les demandes salariales

Le directeur du service des ressources humaines de la Ville de Rouyn-Noranda, Serge Dion, explique que les discussions ont permis des avancées à la table des négociations en ce qui concerne les clauses normatives. Mais il attribue le piétinement des négociations au fait que la Ville ne dispose pas de l'ensemble des demandes des cols bleus.

« À partir du moment où l'on négocie tout le monde ensemble et [qu'on] a l'ensemble du dossier sur la table, normalement ça avance à un bon rythme - si je me fie à ce qui se passe avec d'autres groupes d'employés, explique-t-il. [Pour] les cols bleus en ce moment, ce qui ralentit le dossier de façon importante, c'est qu'on n'a pas les demandes monétaires. Nous, il faut étudier l'ensemble du dossier. »

La Ville mentionne que devant cette impasse, le conciliateur s'est retiré du dossier à la fin du mois de janvier.

Plus d'articles