Retour

Manucure, maquillage et coiffure à l'occasion de la journée de la bientraitance des aînés

Une soixantaine d'aînés de la résidence Marguerite D'Youville se sont fait chouchouter à l'occasion de la journée de bientraitance des ainés organisée par la Table de concertation pour personnes âgées du Témiscamingue qui se déroulait mercredi à Ville-Marie alors qu'était célébrée la Journée mondiale de lutte contre la maltraitance des personnes aînées.

Avec les informations de Boualem Hadjouti

Manucure, maquillage, coiffure : les résidents avaient l'embarras du choix à l'occasion de cette journée qui leur était destinée pour la première fois au Témiscamingue. 

« C'est la première fois que je fais faire ça, annonce Blanche Leblanc, 94 ans, alors qu'elle reçoit une manucure, reconnaissant du même souffle que ce soin lui donne un air de jeunesse. 

L'occasion de sociabiliser

Les hommes profitent aussi de ces petits soins. C'est au tour d'Adonias Éthier, 88 ans, de se faire couper les ongles. Mais il profite aussi de la journée pour rencontrer d'autres ainés. « Moi j'aime bien ça, mais je ne pensais pas qu'il y aurait autant de monde ce matin, dit-il. Ça nous fait changer les idées. »

Activité intergénérationnelle

Plusieurs bénévoles ont participé à cette journée. Sandrine Pelletier est de l'école Saint-Gabriel de Ville-Marie. « Je trouve ça le fun pour eux, lance la jeune fille. Quand il y a des activités comme ça, ça leur fait plaisir, puis ça, c'est de la bientraitance. »

C'est la première fois qu'une journée de bientraitance est organisée par la Table de concertation des personnes ainées au Témiscamingue, explique la directrice générale Édith Vincent.

La maltraitance, une réalité en région

« On se promène beaucoup à travers les paroisses, les gens nous disent : ''on est tannés d'entendre parler de la maltraitance, parlez-nous d'autres choses'', indique-t-elle. Ce qu'on a répondu à ça : ''on va vous parler de bientraitance''! »

La Table de concertation des personnes ainées souhaite ainsi attirer l'attention du public sur la situation des ainés, parce que selon Édith Vincent, la maltraitance est une réalité existante au Témiscamingue.

Édith Vincent espère inviter plus de monde à l'événement l'année prochaine.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine