Retour

Marc-Olivier Dickey, de Rouyn-Noranda, monteur de taureaux sauvages

Le 35e Festival western de Saint-Bruno-de-Guigues bat son plein. Cette année encore, des compétitions de rodéo seront présentées vendredi et samedi. Au menu : la monte de chevaux sauvages avec ou sans selle, la monte de taureaux sauvages, la course de barils femme et la monte de bouvillons pour les juniors. Marc-Olivier Dickey, de Rouyn-Noranda, est monteur de taureaux. Il prendra part à la compétition ce week-end.

En entrevue à l'émission Des matins en or, il a expliqué que pour pratiquer ce sport, disons-le, extrême, il doit travailler fort pour contrôler sa nervosité avant les compétitions. « C'est sûr qu'au début, tu as beaucoup de stress. Veut, veut pas, avant la compétition, une semaine avant, tu y penses, tu essaies de ne pas y penser, mais tu peux penser aux blessures », mentionne-t-il.

Voici Marc-Olivier Dickey en action, lors d'une récente compétition :

Mais une fois sur le dos d'un taureau sauvage, les émotions fortes qu'il vit lui donnent envie de recommencer : « parce que quand tu réussis bien l'adrénaline est dans le tapis, tu es content, le monde est content pour toi, ça fait que l'émotion culbute beaucoup. C'est tout le temps fort. »

Marc-Olivier Dickey y est également allé de quelques conseils afin d'arriver à conserver son équilibre sur un taureau sauvage pendant les 8 secondes réglementaires. « Il faut que tu te sortes [la poitrine], il faut que tu sois collé sur ta main attachée sur l'animal, il faut que tu regardes à une place précise sur le dos de l'animal parce que si tu regardes ailleurs, tu vas t'en aller ailleurs. Il faut que tu restes tes jambes accrochées dedans », a-t-il expliqué, tout en rappelant que cela se passe très vite.

Le Festival western de Guigues est en cours jusqu'au 7 août.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine