Retour

Marche Gabriel-Commanda : la jeunesse plus importante que jamais

Plus de 1000 personnes ont participé à la 18e édition de la Marche Gabriel-Commanda à Val-d'Or, jeudi. L'importante présence de la jeunesse au sein des marcheurs a encore une fois marqué l'événement.

Un texte de Thomas Deshaies

Les citoyens sont venus démontrer leur solidarité aux personnes qui subissent le racisme et la discrimination.Il s'agissait encore une fois cette année d'une foule composée majoritairement de jeunes. Ils ont d’ailleurs déambulé dans les rues de Val-d'Or dans une ambiance festive, tout en s'appropriant les rues du centre-ville.

L’importance des jeunesSelon la directrice générale du Centre d'amitié autochtone de Val-d'Or, Édith Cloutier, la mobilisation des jeunes est porteuse d'espoir pour l'avenir.

« On a des jeunes qui ont commencé à 5-6 ans et qui sont rendus à 23-24 ans. J'ai souvent des témoignages de personnes qui ont évolué avec la marche et qui sont aujourd'hui devenus ces citoyens de Val-d'Or porteurs du changement social chez nous », a-t-elle expliqué.Libération de la paroleCette démonstration de solidarité a également permis de libérer la parole de certaines participantes. C'est le cas d'une aînée qui a appelé, dans un discours émouvant, à une réappropriation du système de justice par les autochtones.« Nous sommes capables de bâtir notre propre système de justice anichinabé », a-t-elle revendiqué, avec fermeté. Elle a expliqué que le système de justice, selon elle, perpétuait l'attitude colonialiste dévastatrice issue des pensionnats.Tous les participants étaient unis contre le racisme et la discrimination, mais chacun avaient leur raison plus personnelle de participer à l'événement.

« Depuis que je suis jeune, j'ai vu mon frère se faire batte à Val-d'Or parce que lui, il a l'air d'un autochtone et moi je n'ai pas de l'air d'une autochtone. Je trouve qu'il y a beaucoup d'injustice et qu'on a un travail à faire à tous les jours », a témoignée une jeune Anichinabée de Val-d'Or.

Plusieurs personnes ont fait quelques heures de route pour participer à l'événement. C'était le cas d'un couple de Rouyn-Noranda. « On trouvait cela important de venir appuyer la cause », a affirmé Marc Dubuc.Plus de 1000 signatures en appui à la VilleLe secrétaire général de la Commission canadienne pour l'UNESCO , Sébastien Goupil, était sur place pour recevoir la signature de plus de 1000 citoyens qui appuient la Ville dans sa lutte contre le racisme.Val-d'Or est nouvellement membre de la Coalition canadienne des municipalités contre le racisme et la discrimination, chapeautée par l'UNESCO.Les élus municipaux auraient pu se contenter d'une résolution pour formaliser leur adhésion, mais souhaitent lancer un appel à la mobilisation citoyenne pour l'occasion.

Sébastien Goupil soutient assure qu'il y aura une « veille » pour constater l'évolution de la situation à Val-d'Or. « Les municipalités ont un rôle clé à jouer, évidemment à cause de leur proximité avec les citoyens. L'adhésion demande aux villes de prendre des engagements dans différents domaines », a-t-il déclaré.

Le commissaire a affirmé qu'il s'agissait de la première fois qu'une Ville démontrait aussi explicitement l'appui de la communauté à sa démarche.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité