L'Association des locataires de l'Abitibi-Témiscamingue (ALOCAT) a annoncé vendredi qu'elle prendra part à une grande marche de mobilisation entre Ottawa et Québec en septembre prochain sur le droit au logement.

Avec les informations de Marc-Olivier ThibaultLa marche longue de 500 kilomètres est organisée par le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) et se déroulera tout le mois de septembre.En Abitibi-Témiscamingue, l'ALOCAT estime que 2 090 ménages consacrent plus de 50% de leur revenu pour se loger.Selon le coordonnateur de l'Association, Bruce Gervais, cette mobilisation est une opportunité de rappeler le manque de logement dans la région.

« Donc une tribune comme celle-là, pourquoi? », se questionne M. Gervais. « On la marche, on la gagne. Un mois de temps, dans toutes les municipalités où l'on va passer, ce ne sera pas en Abitibi, mais l'Abitibi sera là pour échanger et parler de ses trucs. Souvent sur la scène nationale. »

Manque de volonté politique, dit le FRAPRUL'organisatrice au FRAPRU, Émilie Joly, veut profiter de la campagne électorale québécoise pour interpeller les gouvernements sur le droit au logement.Elle croit qu'il y a un manque de volonté politique sur la question de logement social.« On est face à un gouvernement qui nous répète la même cassette du manque de budget, du manque de ressource, alors que l'on sait que c'est fallacieux comme discours. On est dans un contexte budgétaire où Carlos Leitao a dégagé dans son dernier exercice financier 4,4 milliards de dollars en surplus budgétaire. Et on essaie de nous faire à croire qu'au Québec, on n’ a pas les moyens d'aider les mal-logés et les personnes à faible revenu. Nous, on est là pour dire que c'est tout à fait faux cet argument-là », soutient Mme Joly.

La marche va s'arrêter dans 28 villes du Québec et va culminer avec la tenue d'une mobilisation devant le Parlement à Québec.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Une mère et son fils offrent une danse inoubliable





Rabais de la semaine