Retour

Marcher pour soutenir les personnes qui souffrent de l'Alzheimer et leurs proches

Des milliers de personnes marchent aujourd'hui pour soutenir les personnes qui souffrent d'Alzheimer et leurs proches.  En Abitibi-Témiscamingue, des marches ont lieu à Rouyn-Noranda et Val-d'Or. Notre journaliste Sandra Ataman a rencontré une femme de Val-d'Or qui s'occupe de sa belle-mère atteinte d'Alzheimer et qui explique sa réalité de proche aidante.

Avec les informations de Sandra Ataman

La vie de proche aidant n'est pas toujours de tout repos. C'est notamment le cas lorsque la personne aidée souffre d'Alzheimer.   Marisa Bruno prend soin de sa belle-mère qui souffre d'Alzheimer. Au bout du rouleau, elle a décidé de demander de l'aide.

« Parce que pendant un certain temps, j'étais seule et j'avais l'impression que moi-même j'allais faire une dépression. Ce n'était pas assez le temps que je donnais et ce n'était pas suffisant pour ma belle-mère. Elle demandait beaucoup, donc j'avais besoin d'être là », raconte-t-elle.

Marisa Bruno a trouvé de l'aide, entre autres, à la Société d'Alzheimer de la Vallée-de-l'Or. 

Ce que Marisa Bruno retient de cette aventure, c'est de ne pas tarder à demander de l'aide.

« La recommandation que je peux dire : '' Ne restez pas seul!'' L'aidant naturel faut pas qu'il reste seul. Moi, j'en ai rencontré des personnes qui vivaient avec la personne atteinte d'Alzheimer et qui n'avaient pas l'aide de personne », dit-elle.

Écoutez l'entrevue réalisée par Sandra Ataman avec Marisa Bruno diffusée au radio magazine :  ICI

Amasser 25 000 dollars

La Société d'Alzheimer de la Vallée-de-l'Or souhaite amasser aujourd'hui 25 000 dollars. 

« Notre argent va à des salaires minimums pour des gens qui s'en vont dans des familles permettre à l'aidant naturel de ventiler un peu. De vivre autre chose, parce que s'occuper d'un malade c'est 24 heures par jour », affirme le président de la Société d'Alzheimer de la Vallée-de-l'Or, Yvon Fortin.

Plus d'articles

Commentaires