Retour

Mesurer les conséquences d’un accident de la route

Plus de 300 jeunes ont pris part à une activité de sensibilisation sur les conséquences possibles de la vitesse excessive et de la conduite avec les facultés affaiblies, mardi matin à Val-d'Or.

Avec les informations de Thomas Deshaies et Jocelyn Corbeil

L'activité s'est déroulée la journée même du dévoilement du bilan routier 2017 par le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports (MTMDET), où l'on apprenait notamment que le nombre de décès de jeunes sur les routes a fortement augmenté.

Cette simulation d'accident était organisée pour une 8e année consécutive à la Polyvalente Le Carrefour.

Plusieurs élèves, dont Sofia Lafortune, ont vécu toutes les étapes de l'intervention des pompiers, policiers et ambulanciers, durant la simulation d'accident mortel.

Mesurer les conséquencesL'ambulancière Julie Roy, explique que la simulation permet de mesurer l'ampleur des répercussions d'un accident de la route. « C'est de leur faire prendre conscience de tout l'évènement comme tel quand ils voient, les participants. Comme cela ils peuvent en parler, puis ça leur faire vraiment plus comprendre quels sont les impacts », soutient-elle.

La directrice adjointe pour les élèves de 4e année et 5e secondaire, Marie-Pier Nolet, estime qu'un finissant sur deux a déjà son permis de conduire. Selon elle, la sensibilisation est donc primordiale.

Selon le bilan routier 2017 du gouvernement, il y a eu une augmentation de près de 40 % du nombre de décès chez les jeunes âgés de 15 à 24 ans sur les routes du Québec, comparativement à l'année 2016.

6 des 15 personnes qui ont perdu la vie en Abitibi-Témiscamingue 2017 étaient des jeunes.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Une mère et son fils offrent une danse inoubliable





Rabais de la semaine