Retour

Mine aux abords d’un esker : un appel à la tenue d’assemblées citoyennes

Des citoyens inquiets par le projet Authier de la compagnie Sayona Mining, situé à moins de 500 mètres d'un esker, ont interpellé les élus municipaux de La Motte à la séance du conseil municipal de lundi. Certains d'entre eux réclament la tenue d'assemblées citoyennes, en l'absence de la minière, afin d'avoir un contre-discours sur le projet.

Un texte de Thomas Deshaies

Le citoyen et membre du Regroupement vigilance mine de l’Abitibi-Témiscamingue (REVIMAT) Bertrand Lessard a demandé aux élus d’organiser une rencontre d’information sur les mines à ciel ouvert avec des acteurs indépendants du projet minier. « Quand une minière vient présenter un projet, il est déjà trop tard pour la population de reculer et de se prendre en mains », a-t-il affirmé.

Selon lui, les compagnies minières sont plus que douées pour influencer la population en maquillant la réalité. Il a donc invité les élus à agir rapidement.

Le maire de La Motte, Louis-Joseph Fecteau-Lefebvre, souhaite répondre favorablement à sa demande. « Tous ces gens qui ont l’expérience de la contrepartie des mines, j’aimerais beaucoup les entendre sur le sujet, ça c’est sûr », a-t-il déclaré.

Les élus devront se pencher sur le fonctionnement de ces assemblées citoyennes, mais le maire souhaite amorcer des rencontres avec les citoyens de la communauté avant la tenue des rencontres orchestrées par Sayona Mining.

La minière prépare une semaine de rencontres

Louis-Joseph Fecteau-Lefebvre estime toutefois que sa municipalité n’a que bien peu de pouvoirs face aux grandes entreprises. « Imaginez, La Motte contre une minière australienne qui vient débarquer ici. Le rapport est à peu près inégal », a-t-il déclaré.

Une semaine après la publication de notre reportage sur le projet, la multinationale a sollicité l’aide de la Ville pour organiser une semaine complète de rencontres dans la municipalité. « Depuis une semaine, je suis au téléphone avec eux autres », a mentionné la directrice générale de la Ville lors de la séance du conseil municipal.

Une réunion publique aura lieu le 8 mars et la minière rencontrera des acteurs qu’elle a ciblés, à huis clos, toute la semaine, ont fait savoir les élus.

Le maire se dit surpris par les récents développements. « Juste une semaine que c’est prévu…. Ça va assez vite, je vous le concède, ça déboule », a-t-il affirmé.

Un petit projet?

Rappelons que le projet Authier prévoit traiter 1900 tonnes par jour, alors qu’une quantité de 2000 tonnes l’obligerait à se soumettre à la procédure d’évaluation environnementale du gouvernement.

Le citoyen Bertrand Lessard a demandé aux élus de se méfier des « petits projets miniers ».

La citoyenne Chantale Germain, qui possède une terre à La Motte, a quant à elle des craintes puisque le projet Authier est une mine à ciel ouvert. Elle soutient que les impacts peuvent être beaucoup plus importants que pour une mine sous terre.

Le citoyen Paul Lafrenière estime que ce projet minier devrait attirer davantage l’attention des communautés avoisinantes. « Je ne comprends pas que ceux qui bénéficient de l’esker déjà, comme Amos, n’ont pas levé la main, où s’ils l’ont levée, on n'en a pas entendu parler. C’est un peu spécial », s'est-il exclamé.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu’est-ce que le fétichisme des pieds?





Rabais de la semaine