Retour

Murale à Val-d'Or : découvrir son identité, format géant

Des artistes peintres de Val-d'Or réalisent une immense murale sur le mur d'une bâtisse au centre-ville, sur la 3e Avenue, un projet réalisé au coût de 10 000 $ qui est porté par la Ville de Val-d'Or et financé en partie par le ministère de la Culture et des Communications et la Municipalité.

Le concept est de réaliser une oeuvre qui traite de l'identité de Val-d'Or et de ses fondateurs. « C'est un très gros défi », dit l'artiste Martine Beauchamp, qui a été choisie pour réaliser la murale.

Une oeuvre identitaire

On aperçoit déjà les silhouettes du guide algonquin Gabriel Commanda et les visages d'une mère et de son enfant, qui rappellent les premiers colonisateurs. « On célèbre tout ça, ces colonisateurs-là, ces gens-là qui ont travaillé très, très fort pour nous, poursuit-elle. On leur dédie cette oeuvre et on aime ça parce que les gens vont venir la voir et vont dire : "moi j'ai eu un grand-père, un ancêtre qui était colonisateur ici", ça va être rassembleur. »

« Ça va donner beaucoup de vie au centre-ville, des gens déjà passent et ralentissent, constate l'artiste Christian Ponton, qui participe aussi à la murale. C'est super enrichissant c'est vraiment une autre technique, on sort de notre salon, nos petits pinceaux pour une toile. C'est une autre approche, je trouve que c'est vraiment une très belle expérience que j'ai ici. »

Murales professionnelles

Ces artistes sont supervisés par le muraliste professionnel Omen, qui se spécialise dans le domaine depuis 18 ans.

« J'ai donné un petit workshop, [je leur ai expliqué] comment faire. [Ils] sont vraiment bons, [ils] sont comme mes petits étudiants, affirme celui qui pratique un art hybride entre la peinture et le graffiti, à travers le monde, dans la rue comme dans des contextes plus institutionnels. L'art, ça améliore toujours, l'art, ça améliore la ville, ça améliore les gens, les individus, parce que tu vois quelque chose de beau, poursuit-il. Parce que toutes les autres affaires que tu vois ici, c'est des annonces, des noms de bureaux et d'entreprises. Ça, c'est fait pour l'amour de l'art. »

La Ville souhaite que ce transfert de connaissances permette aux artistes valdoriens de créer d'autres murales.

Notre journaliste Sandra Ataman s'est entretenue avec le muraliste Omen qui supervise des artistes valdoriens dans la création d'une murale au centre-ville : 

Plus d'articles

Commentaires