Retour

Nouvelle enquête sur le Dr Michel Bernier de Radisson

Le Conseil de discipline du Collège des médecins accepte de rouvrir l'enquête qui concerne le Dr Michel Bernier de Radisson.

Avec les informations de Boualem Hadjouti

Lors de son audience le 25 mai dernier, le médecin a reconnu sa culpabilité et a émis des regrets d'avoir manqué au Code de déontologie des médecins et au Code des professions pour des faits qui se sont déroulés entre août 2013 et août 2014.

Le Dr Bernier a signé, en contrepartie d'une ristourne, une ordonnance collective à des infirmières qui leur permettait de s'approvisionner en produits médico-esthétiques.

Elles pouvaient donc administrer ou revendre les produits pour leur fin personnelle.

Le 25 mai 2017, la poursuite et la défense avaient recommandé une radiation temporaire du médecin de trois mois et le paiement d'une amende. Le lendemain, Michel Bernier a fait parvenir un courriel et une lettre à la présidente du Conseil de discipline.

Selon la poursuite, la lettre et le courriel justifient une réouverture de l'enquête de l'audition sur sanction.

Risque de récidive

Le Collège croit que les correspondances prouvent que le prévenu ne reconnait pas la gravité de ses gestes et ne les regrette pas.

L'organisation se dit inquiète quant au risque de récidive et souhaite recommander au Conseil de discipline des sanctions plus sévères que celles proposées au départ. Il croit que le contenu de la lettre est de nature à influencer la décision du Conseil au sujet des sanctions à imposer.

De son côté, Michel Bernier ne voit pas de raison de rouvrir l'enquête.

Il remet en cause la pertinence de la lettre que le Conseil souhaite utiliser pour justifier sa demande.

Selon lui, il n'a fait qu'émettre des avis sur la médecine esthétique et ne remet aucunement en cause son plaidoyer de culpabilité qu'il a enregistré le 25 mai 2017.

Le Conseil de discipline a pris en considération trois critères pour justifier la réouverture du dossier : la lettre du médecin était inconnue de la présidente au moment de l'audience, il était impossible pour le plaignant de connaitre le contenu de la lettre avant l'audition du 25 mai et la lettre pourrait avoir une influence sur la décision à rendre.

La nouvelle enquête qui devra tenir compte des nouveaux éléments aura lieu 9 février prochain.

Plus d'articles