Retour

Nouvelle usine-école pour les étudiants en technologie minérale

À compter de la session prochaine, les étudiants en technologie minérale du Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue pourront profiter d'une nouvelle mini-usine de traitement du minerai.

Un texte de Piel Côté

Six ans après la fermeture de l'ancienne usine-école, les étudiants pourront à nouveau développer leurs connaissances et leur expertise dans cette infrastructure, dont la valeur est de 1,1 million de dollars.

On avait dû fermer l'ancienne usine-école parce qu'elle ne répondait plus aux normes, elle qui était située directement dans les locaux du campus de Rouyn-Noranda.

La nouvelle usine a été installée dans le Centre technologique de résidus industriels (CTRI).

Pour l'enseignant en technologie minérale Marc Legault, la nouvelle infrastructure va optimiser la formation des futurs travailleurs miniers.

« Ça fait longtemps qu'on l'attend. Les dernières cohortes n'ont pas eu accès à ça, donc leur formation n'était peut-être pas optimale comme on l'aurait voulu », fait-il savoir.

Pour les étudiants, il s'agit donc d'un opportunité d'obtenir une meilleure préparation au monde du travail.

« Moi, j'ai eu un stage à LaRonde l'an passé, puis avec cet équipement-là, je pourrais refaire les tests que je faisais », indique Ryan Martial, qui a commencé sa technique en technologie minérale en 2015.

La plus grosse usine école au Québec

Le Cégep de l'Abitibi-Témiscamingue est la seule institution avec une infrastructure de cette ampleur. Les deux autres collèges qui offrent la technique en technologie minérale ne possèdent pas de tels équipements.

Sept-Îles n'a toujours pas d'usine, alors que celle de Tethford Mines est nettement plus petite, selon le directeur général du Cégep, Sylvain Blais. Ce dernier croit donc pouvoir attirer plus d'étudiants.

« Moi, je pense que ça va être excellent pour le recrutement. Un étudiant qui va vouloir vivre la réalité, la vraie, on sera en mesure ici de lui offrir et pas seulement pour sept jours, mais tout au long de son parcours », indique-t-il fièrement.

Le Cégep a investi près de 645 000 $ pour ce projet, alors que le gouvernement fédéral y a injecté un peu plus de 407 000 $ et la Fonderie Horne 100 000 $.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Ce que vous préférez à propos de l’automne selon votre signe





Rabais de la semaine