Retour

NPD : Christine Moore ne souhaite pas la tenue d'une course à la direction

Alors que le caucus socialiste du Nouveau Parti démocrate (NPD) demande une course à la direction, la députée d'Abitibi-Témiscamingue, Christine Moore, ne croit pas qu'elle soit souhaitable présentement.

Fronde sur la gauche

À moins d'un mois du congrès national du NPD qui se tiendra du 8 au 10 avril à Edmonton, l'aile gauche néodémocrate mène une fronde contre Thomas Mulcair, alors que le chef de parti devra se soumettre à un vote de défiance.

« Nous voulons une évaluation du leadership après cette campagne électorale désastreuse », a dit en entrevue téléphonique à La Presse canadienne le président du caucus socialiste du NPD, Barry Weisleder, lundi.

Le chef néo-démocrate a des comptes à rendre après avoir laissé sa formation se faire doubler sur sa gauche par les libéraux avec sa promesse électorale d'équilibrer le budget coûte que coûte, a-t-il tranché.

Mulcair est « très bon politicien », dit Moore

Interrogée sur la question, la députée d'Abitibi-Témiscamingue a indiqué toujours reconnaître le parti pour lequel elle milite depuis plusieurs années, ajoutant que les principes fondateurs sont toujours bien ancrés au sein de l'organisation politique. Christine Moore croit qu'au-delà de Thomas Mulcair, qu'elle décrit comme un « très bon politicien », l'organisation doit aussi procéder à une sérieuse remise en question. 

« Je ne crois pas qu'au moment où l'on se parle, une course au leadership [sic] est souhaitable, a-t-elle soutenu, précisant qu'il y avait beaucoup de travail organisationnel à faire au sein du parti. Mais à la fin, ce sont les membres qui choisissent et je vais m'adapter selon ce qu'ils vont choisir », a-t-elle poursuivi. 

La députée conclut que le congrès national doit être l'occasion pour les membres de faire le bilan de la dernière campagne pour que le NPD ne commette pas les mêmes erreurs lors des scrutins à venir.

Plus d'articles

Commentaires