Retour

Opération Nez rouge en Abitibi-Témiscamingue : s'entraider pour la sécurité

Les équipes régionales d'Opération Nez rouge ont lancé leur 33e campagne annuelle jeudi avant-midi à Rouyn-Noranda.

Un texte d'Émilie Parent-Bouchard

Des activités de sensibilisation, notamment dans les bars et dans les écoles, auront lieu un peu partout dans la région à compter de cette fin de semaine. Elles ouvriront la voie à la période de raccompagnement, qui s'échelonnera du 25 novembre au 31 décembre.

Pour le chef de service de la Société d'assurance automobile du Québec en Abitibi-Témiscamingue, il y a encore du chemin à faire pour convaincre les automobilistes de ne pas mélanger alcool et conduite. Yves Lapointe souligne que la région arrive au troisième rang au Québec pour le taux de sanctions liées à l'alcool, après le Nord-du-Québec et la Côte-Nord, avec 385 sanctions par tranche de 100 000 habitants.

Des équipes de bénévoles pourront donc raccompagner les personnes qui ne sont pas en état de conduire à Amos, Val-d'Or, Rouyn-Noranda et La Sarre.

« Nous avons les quatre principales villes qui essaient de s'entraider. Je l'ai vécu moi-même en étant bénévole. Nous avons reconduit une personne de Rouyn à Val-d'Or et on sentait un sentiment de bienfait, étant donné qu'on a enlevé quelqu'un, qui aurait pu conduire en état d'ébriété. On a peut-être sauvé une vie, sauvé plusieurs vies », témoigne-t-il. 

Besoins particuliers à La Sarre

À La Sarre, les besoins sont particulièrement importants pour la soirée du 31 décembre, où se déroulera le lancement des festivités du 100e anniversaire.

« On veut s'assurer que tout le monde puisse avoir un bon souvenir du 100e et non pas qu'il se passe d'incident malheureux. Donc, c'est pour ça qu'on veut s'assurer que tout le monde puisse bénéficier d'un retour sécuritaire à la maison. On fait un appel aux bénévoles. On a un besoin entre 30 et 40 bénévoles pour cette soirée-là. C'est plus que la normale, c'est à peu près le double de ce qu'on a besoin pour un 31 décembre », explique le coordonnateur des opérations, Jean-François Landry.

Les dons recueillis pendant les soirées de raccompagnement sont remis à des organisations régionales.

Plus d'articles