Retour

Palmarolle veut actualiser les vieilles granges de son patrimoine agricole

La municipalité de Palmarolle veut mettre en valeur les vieilles granges de son territoire. Tout l'été, deux étudiantes font la recension des bâtiments agricoles et les classaient en fonction de leur usage potentiel. L'idée est de donner une seconde vie à ces bâtiments.

Le reportage de Guillaume Rivest

« Ça ici, c'est une porte que j'ai récupérée », indique l'artiste Louisa Nicol, qui nous fait visiter sa grange reconvertie en atelier de peinture.

Elle précise avoir investi plus de 35 000 dollars dans le projet de rénovation de l'édifice qui date des années 1920 et où elle accueille les élèves de son école de peinture. D'autres curieux viennent aussi à Palmarolle pour visiter sa grange.

« Il y en a beaucoup qui sont venus d'un peu partout, de différentes régions soit de Sherbrooke, etc. J'en ai même une qui venait de Californie, indique-t-elle. J'avais quatre semaines d'atelier de cours. Sur ces quatre semaines-là, j'avais au moins 10 à 12 étudiants par cours. »

Habiter les lieux d'un autre temps

La vice-présidente du comité de développement de Palmarolle, Aline Bégin, estime à 180 le nombre de granges dans la municipalité. Elle espère donner une deuxième vie à plusieurs de ces bâtiments laissés à l'abandon.

« On va aller chercher, à travers cette centaine [de granges-là] ce qui est plus pertinent pour avoir un théâtre, des endroits où on aura des conteurs », énumère-t-elle.

Des travaux réalisés dès l'an prochain

Mélissa Veilleux est l'une des étudiantes en charge de répertorier les granges sur le territoire. Elle trie les bâtiments en fonction de leur potentiel et de l'intérêt des propriétaires.

« On a une catégorie ''ne veut rien savoir du projet'', une catégorie ''aimerait démolir'', donc on va essayer de les entourer d'une bonne équipe pour que ça se fasse de façon sécuritaire, assure-t-elle. On a une catégorie ''vraiment intéressé''. Donc, on va peut-être démolir en premier pour pouvoir réutiliser les matériaux. »

L'an prochain, des projets de rénovations, de mise en valeur et de démolition des bâtiments trop abimés devraient être lancés.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine