Retour

Pannes du 24 décembre : 45 équipes d'urgence dépêchées par Hydro-Québec dans la région

Les pannes d'électricité qui ont eu lieu à partir de la veille de Noël ont nécessité tout un déploiement de la part d'Hydro-Québec. La Société d'État a dû faire appel à 45 équipes de l'extérieur de la région pour rétablir la situation. Notre collègue Émilie Parent-Bouchard s'est entretenue avec un des monteurs de lignes qui s'est déplacé dans la région.

Avec les informations d'Émilie Parent-Bouchard

Un Noël dans le noir

Le 24 décembre, des vents violents atteignant entre 80 et 90 km/h se sont abattus sur la région. Ces vents violents n'ont pas épargné le réseau de distribution d'Hydro-Québec... dès 8 h du matin, des pannes ont commencé à être dénombrées sur le réseau. Le pic de la crise a été enregistré à 14 h. À ce moment, 21 000 clients d'Hydro-Québec étaient plongés dans le noir, soit plus du quart des près de 80 000 clients dans la région.

À l'échelle de la province, ce sont plus de 147 000 clients qui ont été privés d'électricité, parfois pendant plus de 48 heures. Rapidement, la cellule de gestion de crise d'Hydro-Québec a donc dû réfléchir à la répartition de ses effectifs dans la province.

Des monteurs de lignes venus des quatre coins de la province ont dû être mobilisés pour rétablir la situation dans les régions touchées.

En Abitibi-Témiscamingue, ce sont 45 équipes de deux personnes, donc plus de 90 travailleurs avec leurs équipements, qui sont venus prêter main-forte aux 11 équipes qui étaient déjà à pied d'oeuvre sur le terrain. Ils sont venus d'aussi loin que Gaspé, qui est à plus de 1500 kilomètres de Val-d'Or, mais aussi de Montréal, de Laval, de Rivière-du-Loup ou de Rimouski.

Au total ce sont plus de 120 personnes qui ont été mobilisées, certaines jusqu'au 27 décembre pour rétablir le courant dans les cinq MRC de la région.

La responsable des relations avec le milieu d'Hydro-Québec en Abitibi-Témiscamingue, Luce Chartier, donne un aperçu de l'ampleur de la tâche qui attendait les monteurs de lignes. « [C'est géré par] l'équipe d'urgence à Montréal, explique-t-elle. À partir de là, ces gens-là vont déterminer, selon les pannes, à quels endroits ils vont envoyer les équipes. 56 équipes, en Abitibi-Témiscamingue seulement, c'est beaucoup. »

Mme Chartier souligne que même la veille de Noël, Hydro-Québec donne des services.

De Laval vers l'Abitibi-Témiscamingue un 24 décembre

Pierre-Luc Léonard, est chef monteur de lignes. Il travaille pour le réseau de distribution d'Hydro-Québec depuis sept ans. Il est normalement posté à Laval. Mais le 24 décembre, il a été contacté au début de l'après-midi pour être déployé en Abitibi-Témiscamingue.

Il est arrivé dans la région au milieu de la nuit de Noël, vers 3 h du matin. Après un peu de repos, il était à pied d'oeuvre à partir de 11 h le 25 décembre pour remplacer des poteaux électriques, enlever des arbres qui étaient tombés sur des fils, réparer des conducteurs brisés, etc.

Après avoir parcouru les quelque 500 kilomètres qui séparent Laval et Val-d'Or, il dit avoir parcouru entre 300 et 400 kilomètres à l'intérieur de la région, entre Val-d'Or, Amos, La Sarre et Rouyn-Noranda, avant de repartir le 28 décembre au matin.

C'est le quatrième Noël qu'il passe loin de la maison et de ses proches. Pour le père d'une petite fille de 4 ans et demi, il est certain que cela implique des sacrifices personnels. Mais il juge que ça fait partie du travail. « J'ai une petite fille de 4 ans et demi, c'est son 4e Noël qu'elle ne voit pas son papa. C'est sûr que c'est une décision lourde à prendre, mais le fait qu'on soit monteur et qu'on soit dédié à notre travail, ça rentre en ligne de compte et on sait que c'est un service assez essentiel », dit-il.

Ironiquement, le foyer de M. Léonard était lui aussi sans électricité le 24 décembre. « Même moi, cette journée-là, je n'avais pas d'électricité à la maison. Alors je me suis dit : "Pourquoi ne pas aller aider ceux qui en ont aussi de besoin?" », raconte-t-il.

Impossible, selon les échanges que nous avons eus avec Hydro-Québec, de chiffrer le coût de l'intervention en Abitibi-Témiscamingue. Hydro-Québec comprend toutefois que l'interruption de service d'électricité peut occasionner des coûts pour ses clients. Dans le cas des pannes causées par des événements climatiques, comme cette fois-ci, la Société d'État recommande aux gens de s'adresser à leur assureur pour toute demande de remboursement.

Les témoignages de familles qui ont dû se débrouiller sans électricité à Noël ont abondé dans la région et même ailleurs au Québec pendant la période des fêtes. Une famille de Rouyn-Noranda qui a tourné la situation avec humour en composant une chanson à propos de la situation.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine