Retour

Patients sans médecin de famille : fin de la clinique de transition à Rouyn-Noranda

La clinique de transition de Rouyn-Noranda n'aura plus de budget pour opérer dès le 31 mars. Cette clinique avait été implantée en 2011 avec le surplus budgétaire du Groupe de médecine familiale (GMF) de Rouyn-Noranda. Les patients qui n'avaient pas de médecin de famille et qui avaient des prescriptions à renouveler pouvaient y être référés par leur pharmacien. Près de 200 personnes qui étaient déjà vues dans cette clinique ou qui étaient sur une liste d'attente seront vues d'ici le mois de juin.

Avec les informations de Claude Bouchard

La directrice des services professionnels et de l'enseignement universitaire du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue, Annie Léger, explique que « c'était un partenariat qu'on faisait avec le GMF qui nous permettait, nous comme CSSS à l'époque, de fournir une ressource mais qui était payée par un budget GMF. Les GM, particulièrement celui de Rouyn-Noranda, se trouvent à entrer dans le nouveau cadre effectivement et ce budget-là ne sera plus disponible. Donc, la clinique de transition, telle qu'on l'a toujours connue effectivement, ne sera plus la même. Est-ce qu'il y aura autre chose ? Probablement. »

Annie Léger explique que cette situation survient dans un contexte de changement majeur sur la desserte des soins de santé dans la province.

Le médecin responsable du GMF de Rouyn-Noranda, Dr François Vaillancourt, explique qu'il faudra trouver une solution pour éviter que ces patients orphelins ne se retrouvent à l'urgence. « Dans la forme qu'on lui connaissait, effectivement, le projet clinique ne sera plus en place. Mais je pense qu'on va être en mesure, d'ici la fin juin, de trouver des moyens de répondre aux besoins de cette population-là. Enfin, je l'espère parce que quand on est dans cette situation-là, on est dans la situation d'avoir besoin de médicaments et de ne pas avoir de médecin de famille, c'est compliqué d'obtenir ça », dit-il.

François Vaillancourt souligne que la clinique de transition venait combler un vide pour les personnes qui avaient besoin d'un renouvellement de prescription, mais que la question fondamentale demeure l'accès à un médecin de famille.

En Abitibi-Témiscamingue, 3 personnes sur 10 n'en ont pas.

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a annoncé en mai que 85 % des québécois auraient accès à un médecin de famille d'ici 2018.

Plus d'articles