Retour

Pénurie d'infirmières : le CISSS-AT fournira les preuves aux syndicats

Le président-directeur général du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT), Yves Desjardins, a affirmé jeudi matin que des documents démontrant qu'il y a une pénurie d'infirmières en Abitibi-Témiscamingue seront incessamment acheminés aux syndicats concernés. Rappelons que la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) avait vivement critiqué la semaine dernière l'annonce du recrutement de dizaines d'infirmières provenant d'outre-mer.

Avec les informations de Thomas Deshaies

Selon le syndicat, plusieurs infirmières de la région n'occuperaient pas un poste à temps plein, alors qu'elles le souhaiteraient.

Les syndicats avaient signé une entente concernant le recrutement d'infirmières françaises en mars 2017, à condition que le CISSS-AT fasse la démonstration des besoins de recrutement, ce qui n'avait pas été fait.

« Ils sont actuellement en processus de travail. Les documents ont été transmis ou seront transmis sous peu. L'enjeu par la suite, c'est de s'asseoir puis de trouver des ententes de négociation pour s'assurer qu'on trouve le personnel nécessaire pour offrir les services à la population », assure le PDG du CISSS-AT.

M. Desjardins se dit confiant que les données fournies sauront convaincre les syndicats. « J'ai bien confiance. L'importance, c'est de se centrer sur la chose la plus importante : la santé et le bien-être de la population. Que ce soit nous ou que ce soit nos partenaires syndicaux, on a la même option, soit de s'assurer que notre population soit en santé », dit-il.

Selon la FIQ, le CISSS-AT a dû payer une infirmière recrutée à l'étranger pendant plusieurs mois sans pouvoir la faire travailler, puisqu'une clause de l'entente avec le syndicat n'avait pas été respectée, soit de faire la démonstration des besoins de recrutement.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine