Retour

Pierre Turgeon chez les Kings pour partager sa vision offensive et pour apprendre

Quand Pierre Turgeon a reçu l'appel de Luc Robitaille, il n'envisageait pas encore une carrière derrière un banc de la Ligue nationale de hockey (LNH). C'est après avoir passé quelques jours avec la haute direction des Kings de Los Angeles qu'il a accepté d'apposer sa signature au bas d'un contrat de deux ans à titre d'entraîneur adjoint.

Un texte Félix B. Desfossés

Une deuxième carrière

« Ça fait dix ans que je suis retraité. J’ai coaché pendant sept ans de temps les enfants et tout, je suis impliqué encore dans le hockey. Les trois dernières années, on est allés voir mes enfants au hockey, on a voyagé un peu avec eux autres », résume celui qui a brillé entre autres avec les Islanders de New York avant de passer brièvement par les rangs du Canadien de Montréal à titre de capitaine. Il est d’ailleurs le dernier à avoir porté le « C » sur son chandail au mythique Forum de Montréal. Depuis sa retraite, il demeurait relativement loin des projecteurs.

Cet été, les astres se sont alignés pour Turgeon et l’organisation des Kings.

Déjà au travail

Lors du camp d’entraînement des recrues des Kings, il y a un peu moins de deux semaines, Pierre Turgeon a commencé le travail avec John Stevens, entraîneur-chef. « On a regardé du vidéo, on a jasé, on a parlé de systèmes [de jeu]. Ça n’a pas été long. [La passion] revient vite », a-t-il constaté. Il en a eu des papillons dans le ventre.

Le bonheur est palpable chez Pierre Turgeon, toujours aussi sympathique et chaleureux qu’on l’a connu, mais l’ardant travailleur est aussi prêt à affronter de nouveaux défis. Et son club a des attentes élevées envers lui.

Dans une lettre ouverte publiée le 11 juillet, Luc Robitaille, président des Kings, affirme que l’ajout de Pierre Turgeon, « qui était un joueur avec un style offensif des plus dynamiques durant plus d’une décennie », amènera de la nouveauté au sein de l’équipe. Son rôle précis sera « strictement orienté vers la coordination offensive », ajoute le président.

Coordonnateur offensif

« Les dernières années, c’est de ça qu’ils ont parlé : ils aimeraient ça avoir un peu plus de production. Ils jouent bien défensivement. Ils aimeraient avoir un peu plus de production sur le power play, un peu plus de production sur le cinq contre cinq, puis avoir [de la créativité] », conçoit Pierre Turgeon. Auteur de 515 buts et 812 passes pour un total de 1327 points en 1294 parties dans la LNH, 38e marqueur et 35e pointeur de l’histoire de la ligue, il a la tête de l’emploi sans contredit.

S’il a été invité à se joindre à l’équipe, c’est pour partager avec les joueurs cette vision offensive qui a toujours fait sa marque de commerce. Mais Pierre Turgeon demeure humble.

Pour le moment, il ne pense pas à une carrière à long terme. Il se laisse le temps de vivre cette expérience de deux ans.

Los Angeles, Abitibi

L’an dernier, celui qui se faisait surnommer « le magicien de Rouyn » est revenu dans son Abitibi natale à plusieurs reprises pour y visiter son père, sa belle-famille et l’un de ses meilleurs amis, Martin Bureau. Avec ce nouveau contrat, il aura probablement moins de temps pour voyager vers le nord. Cependant, il aura l’occasion de fraterniser à Los Angeles avec une autre des légendes du hockey d’Abitibi en la personne de Rogatien Vachon. Parions que l’ancien gardien de but et ex-directeur général des Kings saura accueillir son compatriote avec toute la chaleur qui caractérise les gens de la région.

Écoutez l'entrevue complète accordée par Pierre Turgeon à l'émission Des matins en or... en vacances! ci-bas.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine