Retour

Plantes envahissantes: le CREAT veut plus de sensibilisation

Le Conseil régional de l'environnement de l'Abitibi-Témiscamingue (CREAT) se réjouit de l'annonce de la ministre de l'Environnement Isabelle Melançon, concernant l'octroi de 8 M$ pour lutter contre les plantes aquatiques envahissantes et souhaite en profiter pour sensibiliser les plaisanciers.

Un texte de Boualem Hadjouti

Hier, mercredi, Québec a annoncé un investissement de 8 millions de dollars, sur les 5 prochaines années, destiné à lutter contre les plantes exotiques envahissantes comme le myriophylle à épis.

En Abitibi-Témiscamingue, neuf lacs situés à Rouyn-Noranda sont déjà touchés par la problématique du myriophylle à épi.

Selon le CREAT, la situation est stable, mais la lutte contre cette plante passe par la prévention et l'implantation de stations de lavage de bateaux.

« Ultimement, on aimerait qu'il y ait plus de stations de lavage en région, parce que bon an mal an, il y a 90 000 pêcheurs qui fréquentent les lacs en Abitibi-Témiscamingue et 45 000 qui ne viennent pas de la région. Il y en a beaucoup qui se promènent de lac en lac, ils passent d'un lac contaminé à un lac saint. Donc, les vecteurs de contamination sont assez importants », indique la chargée de projets au CREAT, Bianca Bédard.

Actuellement, une seule station de lavage est accessible dans le secteur d'Arntfield à Rouyn-Noranda.

Le CREAT souhaite obtenir de l'argent pour entre autres mener des campagnes de sensibilisation.

Plus d'articles