Retour

Plus de 360 000 $ pour favoriser l'attraction d'immigrants dans la région

Québec investira 361 000 $ en Abitibi-Témiscamingue afin de favoriser l'intégration des immigrants. Ce montant servira à améliorer l'attractivité, la rétention et l'accueil des nouveaux arrivants.

Un texte de Piel Côté

Selon le ministre responsable de la région d'Abitibi-Témiscamingue, Luc Blanchette, l'immigration représente entre 20 et 25 % de la solution à l'actuelle pénurie de main-d'oeuvre.

C'est pour cette raison que Québec veut soutenir l'intégration des nouveaux arrivants.

Cet appui financier s'inscrit dans les démarches de soutien à l'intégration et à la francisation des personnes immigrantes.

« C'est essentiel, comme je l'ai mentionné. Il y a deux endroits sur la planète où c'est plus critique, le vieillissement de la population et de la main-d'oeuvre : il y a le Québec et le Japon. Si on ne fait rien, on va devoir assister à un ralentissement de l'activité économique », indique M. Blanchette.

Cinq organismes se diviseront les 361 000 $

L'argent sera réparti entre cinq organismes. Les Carrefours jeunesse emploi du Témiscamigue et de l'Abitibi-Ouest, tout comme la Mosaïque de Rouyn-Noranda, recevront environ 42 000 $ chacun. La MRC du Témiscamingue recevra 26 000 $ et le Centre local de développement (CLD) de Rouyn-Noranda , près de 208 000 $.

Pour sa part, sachant qu'il y aura une grande séduction à faire au cours des prochaines années, le CLD veut miser sur des technologies susceptibles de convaincre les immigrants.

Le directeur général, André Rouleau, veut par exemple se doter de casques de réalité virtuelle. Son équipe pourra s'en servir pour mieux faire connaître la région lors des prochains salons de l'emploi.

« On n'est pas la seule région où les gens souhaitent obtenir de l'immigration. C'est tout le Québec, alors il faut essayer d'être le plus attractif possible », souligne-t-il.

Mieux connaître les immigrants en A-O

En Abitibi-Ouest, où l'immigration occupe une place de plus en plus importante, on veut mieux servir les nouveaux arrivants avec l'aide d'un sondage, comme l'explique Sébastien Bélisle, directeur général du Carrefour jeunesse emploi d'Abitibi-Ouest.

« L'objectif est de mieux connaître les clients et voir si on peut améliorer les choses », soutient-il.

Notons en terminant que cet investissement de 361 000 $ s'inscrit dans un plan gouvernemental quinquennal d'une valeur de 1,3 milliard de dollars.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine