Retour

Plusieurs chasseurs de l'Abitibi-Témiscamingue signent la pétition contre l'immatriculation des armes à feu

En Abitibi-Témiscamingue, plusieurs chasseurs ont signé la pétition contre le projet de loi 64 sur l'immatriculation des armes à feu. La pétition a déjà recueilli plus de 15 000 signatures dans la province.

Avec les informations de Boualem Hadjouti

Québec veut créer son propre registre des armes d'épaule et pourrait voir le jour en 2018.

Le président du club de tir Les faucons du Témiscamingue, Mario Pinard, croit que la loi ne sera pas efficace dans la région frontalière avec l'Ontario, une province qui n'imposera pas d'enregistrement. « Par exemple, si j'ai trop d'armes chez moi, j'ai juste à ne pas les enregistrer, à ce moment-là, si jamais la police, ou qui que ce soit, me demande la provenance des armes, [je n'ai qu'à dire que] ce sont des amis en Ontario qui m'ont prêté les armes, pour que je les essaie, les nettoie ou quoi que ce soit », pense-t-il. 

Mario Pinard compte aborder la question à l'assemblée générale du club, prévue la fin de semaine prochaine.

Le président du Club de chasse et pêche de Senneterre est également opposé au projet de loi. Yves Béland, qui compte signer la pétition, croit que le registre ne servira qu'à taxer les chasseurs. « C'est absolument pour rien. Ici, en Abitibi, c'est quasiment juste du monde qui chasse. Ils veulent avoir notre argent, ils ne veulent plus qu'on aille à la chasse et ils veulent plus qu'on ait d'armes », considère-t-il. 

La création de ce tout nouveau registre des armes à feu est évaluée entre 15 et 20 millions de dollars.

Plus d'articles

Commentaires