Retour

Plusieurs raccompagnements, mais peu de bénévoles pour Nez rouge en Abitibi-Témiscamingue

Les équipes d'Opération Nez rouge ont déjà effectué 1632 raccompagnements dans la région depuis la fin novembre. Certaines équipes locales ont toutefois des difficultés de recrutement de bénévoles qui occasionnent des délais d'attente plus longs dans certains secteurs.

C'est notamment le cas à Amos, où 290 raccompagnements ont été réalisés jusqu'à maintenant. Dominique Blais, coordonnatrice du Collectif des fées en feu (FÉE-AT) qui chapeaute Opération Nez rouge, explique cependant que les choses s'améliorent de semaine en semaine.

Longues distances

Selon elle, la majorité des partys de bureau se déroulent autant en ville qu'à l'extérieur de celle-ci. « Il y a en a énormément qui s'organisent au camp Dudemaine ou à la base Figuery, qui se trouvent à environ une vingtaine de minutes de notre quartier général », explique-t-elle.

Elle ajoute que les bénévoles doivent parfois aller reconduire des personnes dans les municipalités de Saint-Marc, La Corne, Saint-Félix, Saint-Dominique, ou encore Berry. Elle estime que l'augmentation de la distance entre la centrale et les autres municipalités environnantes pose un certain problème en ce qui a trait au temps d'attente.

On a quand même beaucoup de difficulté à recruter des bénévoles. C'est un travail de tous les jours, mais on a réussi la fin de semaine passée à se trouver avec dix équipes, ce qui est un record.

Dominique Blais, coordonnatrice du Collectif FÉE-AT

À Rouyn-Noranda, les difficultés de recrutement se sont aussi fait sentir depuis le début de la campagne. Les deux premiers jeudis prévus au calendrier ont dû être annulés, faute d'un nombre suffisant de bénévoles.Des solutions Du côté de Val-d'Or, une initiative a été mise sur pied il y deux ans dans le but de contourner le problème de la mobilisation des bénévoles, notamment pour les jours de semaine. Le coordonnateur, Donald Poulin, explique que la priorité est mise sur les 5 à 7.

« C'était une façon pour nous d'aller chercher et de recruter des nouveaux bénévoles qui n'osaient pas avant devenir accompagnateurs pour Opération Nez rouge, parce qu'ils disaient [que] le jeudi [c'était] trop tard de raccompagner jusqu'à 3 h 30 », soutient-il. Selon Donald Poulin, en misant sur cette formule, les bénévoles qui ont la possibilité de raccompagner jusqu'à minuit un soir de semaine seront plus enclins à se mobiliser et à offrir de leur temps.Appel à la populationDu côté de La Sarre, on juge jusqu'à présent que la participation des bénévoles est bonne. On lance cependant un appel à la population pour la soirée du 31 décembre, qui coïncide cette année avec le lancement des festivités du centième anniversaire.Il est possible de s'inscrire comme bénévole dans sa communauté au www.operationnezrouge.com.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Toute la vérité sur la Vierge





Concours!



Rabais de la semaine