Retour

Policiers et autochtones : suivre l'exemple de la Saskatchewan?

Le Québec pourrait-il s'inspirer de l'expérience de la Saskatchewan pour améliorer les relations entre la police et les Autochtones? C'est du moins une piste qu'a explorée aujourd'hui la Commission d'enquête Écoute, réconciliation et progrès à Val-d'Or.

Avec les informations d’Émélie Rivard-BoudreauL'ancien chef de police de Saskatoon, Clive Lee Weighill est venu raconter comment les relations entre les Autochtones et les policiers se sont complètement transformées au cours des dix dernières années.Tout comme Val-d'Or, Saskatoon a aussi dû rebâtir le lien de confiance entre ses policiers et les Autochtones sur son territoire.

En 2004, un rapport d'enquête révélait que la police municipale y avait joué un rôle dans la disparition du jeune autochtone Neil Stonechild.En 1990, l'adolescent alors âgé de 17 ans est mort de froid après avoir été arrêté par la police municipale.L'auteur du rapport, David Wright, avait émis huit recommandations et la police de Saskatoon les a mises en place, raconte son ancien chef Clive Lee Weighill.« Je peux vous dire où la voiture était, à quelle vitesse le policier conduit le véhicule et où la voiture s’arrête », a-t-il expliqué devant la commission.

De plus en plus de policiers autochtones sont aussi embauchés, si bien qu'aujourd'hui, ils représentent entre 12% et 15% des effectifs.

« Nous sommes maintenant plus de 85 policiers autochtones », a rapporté Clive Lee Weighill.C'est l'avocat du Grand conseil des cris, John Hurley, qui a proposé à la commission d'entendre Clive Lee Weighill.

Clive Lee Weighill souligne que la plupart des mesures adoptées par la police de Saskatoon ont été peu coûteuses et qu'elles ont eu grand impact dans la communauté.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine