Retour

Pour une petite fille handicapée, cet entrepreneur réalise des rénovations sans profit

Isabelle Landry et Mélissa Côté de Val-d'Or sont mamans de la petite Kayla, 5 ans, polyhandicapée. Afin d'adapter leur maison aux besoins de leur fille, elles ont dû demander plusieurs subventions. Et pour leur donner un coup de main supplémentaire, un entrepreneur local s'est offert pour faire les travaux à faible coût, sans faire de profit.

Avec les informations d'Angie Landry

Des subventions qui ne sont pas suffisantes

Au Québec, toute personne handicapée limitée dans ses activités quotidiennes peut normalement obtenir de l'aide de la part du Programme provincial d'adaptation de domicile. Une demande de subvention dont le montant peut aller jusqu'à 16 000 $ peut être faite tous les 5 ans. Mais les mamans de Kayla Landry laissent entendre que les montants offerts ne sont pas suffisants pour combler les besoins de leur enfant. Contre toutes attentes, elles ont reçu un montant de 15 000 $ de la Fondation pour enfants du Choix du Président. C'est à ce moment que Stéphane Thomassin, un entrepreneur général de Val-d'Or, a offert les services de sa compagnie pour rénover leur maison en ne faisant aucun profit.

« On a trouvé notre gang! »

Isabelle Landry et Mélissa Côté ne réalisent toujours pas leur chance. Les rénovations pour adapter la maison aux besoins de Kayla sont un cadeau tombé du ciel. Et selon elles, il ne s'agit pas d'une simple relation de service à la clientèle. « Quand Stéphane est arrivé, il est allé saluer Kayla, en entrant. Et pas mal toute l'équipe. Tous les gars entrent et ils viennent saluer Kayla, ils jasent, disent : "Bonjour! Comment elle va aujourd'hui?" Ils s'informent! Je trouve ça tellement cute. On a senti ça de leur part, aussi. Tu sais, ça a fait comme. "Ah! Je pense qu'on a trouvé notre gang [pour les rénovations]!" », racontent les deux mamans.

« C'est le genre de travail où on se sent vraiment utile »

Pour Stéphane Thomassin, ce contrat qu'il exécute sans faire de profit représente quelque chose de concret et d'utile. Déjà impliqué dans certaines causes, l'entrepreneur est heureux de pouvoir donner un autre sens à son travail. « C'est sûr et certain que je ne pouvais pas rester insensible à [la condition de Kayla] et puis c'est le genre de travail où on se sent vraiment utile. C'est une des sept lois spirituelles du succès, la loi du don, de s'investir puis d'aimer ce qu'on fait », fait valoir l'entrepreneur.

Même si Kayla est parmi les deux seuls enfants du Québec à être atteints d'une mutation génétique très rare, Isabelle Landry et Mélissa Côté font tout en leur pouvoir pour que leur fille reste à la maison. Et grâce au travail et au dévouement de Stéphane Thomassin, elles pourront lui offrir un meilleur milieu de vie construit, avec beaucoup d'amour.

Plus d'articles

Commentaires