Retour

Près d'un million de dollars pour les soins à domicile en Abitibi-Témiscamingue

Une somme de 919 000 $ sera investie dans les services de soutien à domicile en Abitibi-Témiscamingue. 182 000 $ sont aussi octroyés au Nord-du-Québec. Cette annonce a été effectuée aujourd'hui par le ministre responsable des régions de l'Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec, Luc Blanchette.

Avec les informations d'Émélie Rivard-Boudreau

Ces montants font partie des 51,9 millions de dollars déjà annoncés par le ministre de la Santé Gaétan Barrette, en juillet dernier, pour les soins à domicile.

Luc Blanchette explique que cet argent servira « notamment en embauchant ou en utilisant les services des entreprises d'économie sociale, des organismes communautaires qui sont sur le territoire et qui font très bien leur travail, ça peut être aussi du personnel pour ajouter à l'interne du réseau et peut-être même aussi des aménagements dans les appartements des gens, ça peut être des lève-personnes, mais essentiellement, on va laisser au réseau de la santé le soin de prendre leurs décisions, de façon à optimiser le maintien des gens à domicile ».

« On prend le 900 000 $, mais si on avait eu 1,5 million, on l'aurait pris »

Pour le président-directeur général du Centre de santé et des services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue, Jacques Boissonneault, cette annonce est une bonne nouvelle, mais « les besoins sont... je ne dirais pas illimités, mais ils sont importants. On prend le 900 000 $, mais si on avait eu 1,5 million, on l'aurait pris. Certaines extrémités du territoire, notamment à Senneterre, à Timiskaming-Kipawa, et on le voit un peu en Abitibi-Ouest, où les soins à domicile ont besoin d'être renforcés. »

Les organismes attendent de savoir combien ils obtiendront

Le Manoir Universeau, à Senneterre, offre de nombreux services à domicile aux aînés de Senneterre et des petites municipalités autour. Sa directrice générale, Lise Bilodeau, se réjouit de cette annonce. Elle ne sait toujours pas cependant combien son entreprise d'économie sociale pourra retirer de cette somme. « Il faudrait chiffrer ce que ça coûte aux gens d'aller chercher des services du côté de Val-d'Or tant en optométrie, en dentisterie, en oncologie, les services de radiographie... tous ces services-là, fait-elle valoir. Les gens doivent se déplacer et beaucoup d'aînés n'ont pas de voiture, il n'y pas d'autobus à Senneterre, il n'y a pas de train et les gens doivent payer. Suite à cette annonce-là, je vais peut-être aller chercher le ministre Blanchette aussi. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine