Retour

Près de 90 000 $ pour développer la filière PFNL au Témiscamingue

Près de 90 000 $ seront investis, sur trois ans, pour développer la filière des produits forestiers non-ligneux au Témiscamingue. La MRC de Témiscamingue, la communauté de Timiskaming First Nation et des acteurs du nord-est ontarien souhaitent mieux faire connaître les PFNL et cerner les besoins du milieu.

Avec les informations de Tanya Neveu

La MRC de Témiscamingue travaille depuis 2014 sur le développement des produits forestiers non-ligneux. La forêt occupe plus de 90 % du territoire.

Les PFNL sont donc très nombreux et leur potentiel est énorme, selon des études réalisées en 2015 par la firme PROGIGRARH.

Les champignons, les petits fruits, les plantes médicinales et le thé des bois font partie des produits forestiers non-ligneux.

Par son projet « Tourisme PFNL au Témiscamingue », la MRC souhaite donc mettre en place des actions concrètes pour favoriser l'exploitation de la ressource et vulgariser ses propriétés.

Parmi celles-ci, notons des actions de concertation, des formations pour une meilleure intégration des PFNL et un colloque ouvert au grand public.

La MRC souhaite ainsi que les gens puissent voir et déguster les produits forestiers non-ligneux disponibles sur le territoire.

L'agent de développement agricole à la MRC de Témiscamingue, Chaibou Achirou, souhaite que ce projet contribue au développement économique du Témiscamingue.

L'implication de la communauté de TFN

Le conseiller en ressources naturelles pour la communauté de Timiskaming First Nation, Dany Bisson, estime qu'il y a entre 25 et 30 différentes espèces de PFNL.

Il travaille depuis plusieurs années avec la communauté algonquine afin qu'elle s'implique dans le développement des produits forestiers non-ligneux.

« À date, on a fait des études qui démontrent que le potentiel est trop grand pour le nombre de personnes qui peuvent cueillir. La communauté, son but, éventuellement, c'est d'avoir des sentiers d'interprétation où il y aurait des essences traditionnelles autochtones qui seraient montrées aux touristes. Il y aurait aussi un poste d'accueil. C'est comme ça qu'on voit le projet », explique Dany Bisson.

Le projet répond à deux actions du plan de développement de la zone agricole, le PDZA, de la MRC de Témiscamingue.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards