Retour

Prison d'Amos : les délais de construction inquiètent le Syndicat des agents correctionnels

Les délais dans la construction du nouveau centre de détention d'Amos ont des conséquences à l'intérieur des murs de l'établissement.

D’après une entrevue de David ChabotLe président du Syndicat des agents correctionnels appuie les propos de la protectrice du citoyen, Marie Rinfet, qui déplorait dans son rapport rendu la semaine dernière, l'impact des délais dans la construction de la prison d'Amos.

Le président du Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec , Mathieu Lavoie, explique que la surpopulation est le problème principal.« Ce que ça veut dire, c'est que des fois, on est rendus à tripler des cellules, mettre des gens dans des aires de vie où on ne serait pas censés [le faire]. On parle de gymnase ou de cellule d'admission, où l'on met des gens parce qu'on n'a pas de place ailleurs pour les placer.

« Il y a davantage de pression chez les agents. Quand on prend, par exemple, un secteur où on peut mettre 16 personnes et qu'on en met 20 ou 24, c'est sûr qu'à un moment donné la pression se transmet aux agents correctionnels », soutient-il.

Selon Mathieu Lavoie, la surpopulation à la prison d'Amos oblige de nombreux transferts vers d'autres centres de détention.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine