Retour

Prison d'Amos : pas assez de places pour les détenus de la région

L'attribution des places du futur centre de détention d'Amos suscite des critiques du bâtonnier de l'Abitibi-Témiscamingue, Marc Lemay.

Avec les informations de Jean-Marc Belzile

Le bâtonnier de l'Abitibi-Témiscamingue, Marc Lemay, dénonce la façon dont seront attribuées les 220 places.  116 places seront dédiées aux Inuits et 104 pour les gens de la région.  Selon lui, c'est insuffisant pour accueillir tous les prévenus et détenus de l'Abitibi-Témiscamingue.

Marc Lemay croit que les programmes de réhabilitation ne peuvent pas fonctionner si les individus changent constamment de centre de détention.

Il dénonce également le fait qu'aucune place n'est prévue pour accueillir des femmes.  Celles-ci vont donc être détenues à l'extérieur de la région comme c'est le cas actuellement. « On va encore maintenir des transferts. On va encore énormément avoir des personnes qui vont être transférées, qui vont se promener », affirme le bâtonnier.

Réponse du ministère

Au ministère de la Sécurité publique, on affirme que le gouvernement s'était engagé en 2006 à accommoder les Inuits. Cet engagement stipule que les Inuits seront regroupés au sein d'un même établissement de détention avec des programmes développés et adaptés à la culture inuite.

Le ministère mentionne également que le lieu d'origine du détenu n'est pas un critère pour déterminer l'endroit où il purgera sa peine.

Le ministère de la Sécurité publique n'a pas voulu accorder d'entrevue.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine