Retour

Prix littéraire France-Québec : 117 Nord de la Valdorienne Virginie Blanchette-Doucet en lice

L'auteure originaire de Val-d'Or Virginie Blanchette-Doucet est en lice pour le prestigieux Prix littéraire France-Québec 2017. C'est la qualité de son premier roman, 117 Nord, paru en août dernier, qui lui vaut cette mention.

Un prix prestigieux

Sept romans québécois se retrouvent dans la présélection de 2017 pour le Prix littéraire France-Québec. Le prix existe depuis 1998. Son objectif est de « contribuer à la promotion en France de la littérature québécoise » en soulignant l’excellence du roman contemporain québécois. Un prix en argent de 5000 euros ainsi qu’une tournée littéraire dans la francophonie sont en jeu.

« Étonnée et très heureuse »

L'auteure née à Val-d'Or en 1989 et enseignant aujourd'hui au Cégep de Saint-Hyacinthe se dit « à la fois étonnée et très heureuse d'être dans la liste ». « C'est très excitant, surtout que c'est un gros prix qui sort des limites du Québec, souligne-t-elle. D'entendre parler d'Abitibi en France, déjà, c'est très excitant. Je n'avais même pas projeté jusque là. Ça se passe super bien. Tout l'automne j'ai donné des entrevues, j'étais très étonnée, mais de là à faire partie de cette liste-là... je me sens très privilégiée! Du fait d'avoir publié chez Boréal, déjà... c'est un rêve d'enfance! »

L'an dernier, une autre abitibienne de souche faisait partie des nommés. Fanny Britt se retrouvait dans la liste de présélection pour son roman Les Maisons. Mais c'est plutôt Anaïs Barbeau-Lavalette qui a remporté le prix pour La femme qui fuit. En 2015, c'est le rappeur et auteur Biz (de Loco Locass) qui a reçu la distinction pour Mort-terrain.

Un deuxième roman en écriture

En 2017, Mme Blanchette-Doucet prendra part au Salon du livre de Bruxelles, en Belgique. Elle se consacrera également à l'écriture de son deuxième roman. « L'automne a été complètement fou, je n'avais aucune idée d'où je trouverais le temps d'écrire. En janvier, quand j'ai su que je n'avais pas de travail, je me suis placé un bureau et ça a été très facile de placer mes idées sur papier en ce moment. Je vois très bien mes personnages, je les vois bouger, donc ça, je pense que ça fait partie de mon processus d'écriture. J'ai un parcours en danse, j'ai fait [le programme en] danse au Cégep de Drummondville alors ça fait aussi partie de ma démarche d'observer les corps et ce qu'on dit, sans le dire. Ça fait aussi partie de mon projet deux », dit-elle.

L'identité du récipiendaire du Prix littéraire France-Québec sera connue en novembre 2017 seulement.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine