Retour

Projet Authier : la cheffe du Parti vert du Canada réclame un BAPE

La cheffe du Parti vert du Canada, Elizabeth May, donne son appui au Comité citoyen de protection de l'esker et réclame à son tour que le projet Authier de Sayona Québec soit soumis au Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE).

Un texte de Thomas Deshaies

C'est ce qu'Elizabeth May, en tournée en Abitibi-Témiscamingue, a déclaré mardi. « Le BAPE, le processus est essentiel pour vérifier ce qui va se passer avec une mine à ciel ouvert à quelques mètres de l'esker qui fournit une des meilleures eaux au monde », a-t-elle martelé.

Mme May a écorché au passage le processus d'analyse prévu par Environnement Canada, qui n'a pas le même niveau de « crédibilité » que le BAPE, selon elle.

Rappelons que la minière veut éviter une analyse par le BAPE pour exploiter plus rapidement sa mine de lithium. Sayona Québec a expliqué, à de nombreuses reprises, avoir prévu un projet à 100 tonnes en deçà du seuil de 2000 tonnes, qui aurait enclenché automatiquement le processus d'analyse du BAPE. Selon l'entreprise, la forte demande pour le lithium nécessite une mise en production rapide.

La présence d'observateurs des ministères réclamée

Le Comité citoyen de protection de l'esker a réclamé mardi la présence de représentants du ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles et du ministère de l'Environnement à la consultation publique qui aura lieu mercredi soir, à Amos.

Leur porte-parole, Rodrigue Turgeon, explique pourquoi : « C'est afin que [les représentants des ministères] puissent prendre le pouls de ce qui se passe dans ces assemblées, qu'ils puissent eux-mêmes sentir la grogne et le manque d'acceptabilité sociale du projet, afin qu'ils n'aient pas à devoir s'appuyer sur ce que la compagnie minière va venir interpréter de la tenue de ces propres assemblées. »

Le comité croit que cette demande est justifiée, notamment parce que Sayona Québec n'est pas dans l'obligation de faire mention, dans son rapport remis aux ministères, de l'ensemble des commentaires qui ont été exprimés lors des consultations publiques.

M. Tugreon a écorché au passage les élus d'Amos et de La Motte, qui n'ont toujours pas réclamé la tenue d'un BAPE, même s'il se dit conscient du « rôle difficile » des élus. Selon lui, la consultation menée actuellement par la minière ne se fait pas dans un environnement respectueux des citoyens. « Il est temps que les élus des conseils municipaux de La Motte et d'Amos se lèvent, emboîtent le pas, et écoutent la population qui veut un BAPE pour ce projet », a-t-il conclu.

Plus d'articles