Retour

Projet de loi 10 : la FIQ veut que la direction du CISSSAT lui communique plus d'informations

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) en Abitibi-Témiscamingue demande à la direction des Centres intégrés de santé et des services sociaux de la région davantage de communication et d'information sur l'adoption du projet de loi 10. Les représentants de la FIQ en Abitibi-Témiscamingue tiennent aujourd'hui des kiosques d'information un peu partout dans les centres de la région afin d'informer ses membres, qui ont manifesté des inquiétudes quant aux impacts de la récente réforme.

Avec les informations d'Angie Landry

Le porte-parole régional de la FIQ, Francis Morel, estime que la direction du CISSSAT devrait mieux renseigner les membres sur cette transition qui s'effectue depuis un an. « C'est sûr qu'il y a des inquiétudes. Les gens disent : "Il va arriver quoi avec notre ancienneté? Est-ce qu'on va être fusionné? Est-ce qu'on va se faire voler nos postes par les autres centres - les anciens CSSS de la région - est-ce que les gens vont se promener d'un [centre] à l'autre? Est-ce que l'employeur va forcer la mobilisation des membres? Comment ça va aller au niveau de la liste de rappel?" Donc, est-ce que les gens vont se faire appeler, admettons, une journée à Val-d'Or? L'autre journée à Amos? L'autre journée à Rouyn? », se demande-t-il.

Le CISSS ne réagira pas au fait que la FIQ tienne des kiosques destinés à leurs membres aujourd'hui. Selon la direction, il s'agit d'une démarche légitime qui informe les membres de ce qui s'en vient par rapport à leur syndicat tel que la signature de l'entente ou les démarches menant aux fusions de syndicats.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine