Retour

Projet de loi 70 : manifestation dans les corridors du bureau de Luc Blanchette

Une manifestation s'est déroulée ce matin dans les corridors qui mènent au bureau de Luc Blanchette, député libéral de Rouyn-Noranda-Témiscamingue. Les manifestants ont été expulsé après environ une heure d'occupation.

Avec les informations d'Émilie Parent-Bouchard

Camping symbolique

Une dizaine de représentants de groupes sociaux comme le Regroupement pour l'éducation populaire d'Abitibi-Témiscamingue (REPAT) ou encore l'Association des locataires de l'Abitibi-Témiscamingue (ALOCAT) étaient sur place.

Les manifestants étaient installés dans les corridors avec des sacs de couchage et ont monté un véritable campement. Ils souhaitent ainsi démontrer ce qui pourrait se produire sur le projet de loi 70 du gouvernement Couillard devait être adopté.

« Pour que le gouvernement recule »

L'agent sociopolitique du regroupement d'éducation populaire de l'Abitibi-Témiscamingue, Danik Laporte, trouve inacceptable l'idée d'adopter une « approche punitive » pour inciter les gens à trouver un emploi. Il souhaite que le gouvernement recule sur le projet de loi 70, qui pourrait forcer les nouveaux demandeurs d'aide sociale à entamer des démarches de recherche d'emploi. « Si on coupe un chèque de 623 $ en deux, si on n'embarque pas dans le programme, ce qui va arriver, c'est de l'itinérance [...] parce qu'il n'y en aura plus d'argent pour payer le loyer », soutient-il.

Le député préfère attendre avant de se prononcer

Les travaux d'étude du projet de loi 70 reprendront aujourd'hui. Le député Blanchette disait la semaine dernière qu'il faut laisser le temps aux travaux d'étude de se faire avant de prendre position par rapport à ce projet de loi.

Les manifestants expulsés

Après environ une heure, la propriétaire des lieux a lu un avis d'expulsion, demandant aux manifestants de quitter les lieux. Ces derniers ont plié bagage sous l'oeil des policiers. Aucune arrestation n'a eu lieu.

Plus d'articles