Retour

Projet de loi pour le respect des droits des Autochtones : « une main tendue vers la réconciliation »

Le député néodémocrate Romeo Saganash a livré un discours vibrant devant le Parlement canadien mardi soir, déclarant que c'était un moment charnière et qu'au nom de la réconciliation, il fallait adopter le projet de loi C-262, qui vise à assurer que les lois canadiennes respectent la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones.

Un texte de Marie-Laure Josselin

Selon le député d'Abitibi–Baie-James–Nunavik-Eeyou, qui a passé des dizaines d’années à travailler sur ce dossier et qui a déposé son projet de loi en avril 2016, c’est « l’un des plus importants que la chambre sera chargée d’examiner », un projet de loi qui porte sur « les droits de la personne, la justice et la réconciliation ».

Romeo Saganash a expliqué qu'en sortant du pensionnat autochtone où il a passé 10 ans, « emprisonné du point de vue culturel, politique, linguistique et même spirituel », il s’était fait deux promesses, dont celle de se réconcilier avec les gens qui l’avaient mis là.

Selon lui, c'est la première étape dans la bonne direction.

Un point appuyé par la secrétaire parlementaire de la ministre des Relations Couronne-Autochtones et des Affaires du Nord, Yvonne Jones, qui a salué cette « demande passionnée venant du cœur ».

Elle a indiqué que les mots ne suffisaient pas et qu’il fallait maintenant agir. Et pour cela, a-t-elle précisé, un cadre doit être mis en œuvre avec les peuples autochtones, cadre qui consacre la reconnaissance des droits dans toutes les décisions, actions et négociations fédérales.

Il doit aussi, selon la secrétaire parlementaire, harmoniser les lois fédérales avec la déclaration de l’ONU et établir des mécanismes que les gouvernements autochtones appuient depuis très longtemps.

Le gouvernement libéral a déjà annoncé qu’il appuierait ce projet de loi, c’est même une « priorité du gouvernement », selon la secrétaire parlementaire.

La députée néodémocrate Marjolaine Boutin-Sweet a salué un projet de loi qui « contribuera à effacer progressivement les erreurs du passé », tandis que la députée conservatrice Cathy McLeod s’est inquiétée de ne pas avoir de réponses à toutes ses questions à cause du temps limité des débats sur le sujet.

Le projet de loi C-262 sera encore débattu fin février à la Chambre des communes puis il sera soumis au vote.

La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, adoptée par l'Assemblée générale des Nations Unies en 2007, établit des normes mondiales minimales pour la reconnaissance et la défense des droits des peuples autochtones.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine