Retour

Quand la chaleur persistante rend le travail plus difficile

L'Abitibi-Témiscamingue subit une vague de chaleur extrême depuis dimanche. C'est pourquoi le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l'Abitibi-Témiscamingue rappelle l'importance d'être vigilant.

Un texte de Tanya Neveu

Certaines personnes sont plus vulnérables à cette situation, comme les travailleurs extérieurs.

À 15 ou 35 degrés celcius, les travailleurs de la construction, par exemple, n'ont d'autre choix que de poursuivre les travaux qu'ils ont commencés.

« La chaleur, c'est difficile. L'endurer. On fait les mêmes journées, on ne commence pas plus tôt. On boit beaucoup d'eau, c'est très important », a confié un travailleur.

La chaleur est tout aussi accablante pour les paysagistes.

Personnes vulnérables et précautions

La direction de la santé publique rappelle d'ailleurs que certaines personnes sont plus à risque lors de périodes de canicule :

  • Les nourrissons et les jeunes enfants;
  • Les personnes souffrant de maladies chroniques;
  • Les aînés;
  • Les sportifs et les travailleurs extérieurs.

Le conseiller en santé environnementale au CISSS-AT, Frédéric Bilodeau, rappelle comment se protéger de cette chaleur.

« Bien s'hydrater, c'est souvent ce que les gens oublient. Il faut aussi chercher l'ombre et prendre beaucoup plus de pauses pour les travailleurs », affirme-t-il.

Même si toutes les précautions sont respectées, il arrive toutefois que des personnes subissent une déshydration.

Encore quelques jours

Les températures au-delà des 30 degrés devraient persister jusqu'à jeudi.

Le CISSS rappelle que les gens peuvent communiquer en tout temps avec le service Info-Santé.

Plus d'articles