Retour

Quand Rouyn, menée par Pierre Turgeon, a secoué les Séries mondiales des petites ligues

Alors que les Séries mondiales des petites ligues de baseball battent leur plein jusqu'au 27 août, un groupe de joueurs de Rouyn-Noranda vivra un moment unique cette fin de semaine.

Avec les informations d'Émilie Parent-Bouchard

Trente-cinq ans après avoir donné le meilleur d'eux-mêmes sur le terrain de Williamsport en Pennsylvanie, une quinzaine de joueurs et d'entraîneurs seront honorés sur la surface gazonnée où la crème du baseball mineur se donne rendez-vous depuis 1938.

1982 : les joueurs des Expos Gary Carter, André Dawson, Tim Raines et Al Oliver participent au premier match des étoiles organisé à l'extérieur des États-Unis, au Stade olympique de Montréal. Le baseball connaît de belles années au Québec. La belle saison restera gravée à jamais dans la mémoire de 14 jeunes de Rouyn, alors toujours séparée de sa voisine Noranda.

Un été de sacrifices

Âgés de 11 et 12 ans, ils représenteront le Canada lors des séries mondiales des Petites ligues à Williamsport, en Pennsylvanie. À la fin de l'été, ils touchent enfin le rêve, après des heures et des heures à l'entraînement sur le terrain comme en gymnase.

« Ça a été un engagement de 14 joueurs pour cette cause-là, on a vraiment mis tout de côté pour s'investir là-dedans parce que les entraîneurs croyaient vraiment en nous », indique Marc Désilets, joueur de champ gauche ou de champ droit selon les circonstances, ajoutant que l'ensemble des joueurs et les deux entraîneurs ont sacrifié les vacances d'été en famille pour atteindre l'objectif d'une vie.

« On savait que l'année précédente, les joueurs de Rouyn s'étaient rendus assez loin, au Championnat canadien et on savait qu'on avait une chance d'y aller en gardant les deux vétérans [Pierre] Turgeon et [Stéphane] Matteau avec nous autres », renchérit le joueur de champ et de premier but, Marc Talbot.

Pierre Turgeon, une sensation au monticule

À l'époque, Pierre Turgeon était effectivement un joueur de baseball exceptionnel. Celui qui a passé le cap des 500 buts à titre de hockeyeur professionnel disposait alors d'une balle rapide redoutable, qui franchit la plaque à une vitesse de plus de 70 miles à l'heure selon le vice-président des Petites ligues pour l'est du Canada.

Lors des étapes de qualification menant au Championnat canadien, l'adolescent qui mesure déjà 6 pi multiplie les retraits sur trois prises.

C'est aussi un cogneur redoutable. Avant le match de finale contre l'équipe de Glace Bay qui représente les Maritimes, il maintient une moyenne de ,428, rapporte l'analyste Rodger Brulotte lors de la présentation du match à l'émission les Héros du samedi sur les ondes de Radio-Canada. Il en rajoutera une couche lors de la finale au Centre civique Pierre Laporte de Boucherville. Il inscrit le point égalisateur avec un sixième coup de circuit dans le tournoi.

Turgeon va aussi marquer le point de la victoire après un but sur balle intentionnel et une course audacieuse au troisième but. Après deux manches de prolongation, Richard Jolicoeur scelle l'issue du match avec un coup sûr qui permet à Rouyn d'inscrire deux points. Turgeon protège cette avance et permet à son équipe, pourtant négligée, de filer avec la victoire par la marque de 5-3.

« Tout le monde disait : ''il pourrait jouer au baseball professionnel, Pierre Turgeon'', se souvient le vice-président des Petites ligues pour l'est du Canada, Marc St-Pierre, qui a accompagné l'équipe à Williamsport pour décrire les matchs à la radio. Pierre avait répondu qu'il était venu au monde avec des patins et que c'est au hockey qu'il allait faire sa carrière! Et effectivement, c'est ce qu'il a fait. »

Faire vibrer la région

Dès le lendemain de la finale à Boucherville, les 14 joueurs de Rouyn s'envolent pour Williamsport, avec toute la fierté de la région dans leurs bagages. Ils sont d'emblée frappés par la grandeur du stade. « C'était comme surréaliste. Il y avait 28 000 spectateurs dans les gradins pour notre match. Ça a été le high de l'été! », se souvient Marc Désilets, qui parle « du plus beau moment de sa vie ».

« Ça fait déjà 35 ans, les gens nous en parlent encore. Il y a des gens qui se rappellent, la radio jouait dans les [haut-parleurs] de l'école durant nos matchs, c'est comme si pendant un instant, la ville avait arrêté de rouler pour écouter ce qui se passait », se souvient Marc Talbot, qui parle de 1982 comme de l'année charnière de sa vie et ajoute anecdotiquement avoir en prime échangé son « premier baiser prolongé »!

« C'était un événement extraordinaire, les gens en Abitibi étaient attachés à une radio quelque part pour écouter nos matchs, renchérit Marc St-Pierre. Même le club de golf de Malartic diffusait les rencontres dans des haut-parleurs installés sur le terrain. J'étais avec Marc Laliberté, on commentait en direct les parties et certains matchs, le fil de nos écouteurs n'était pas assez long parce qu'on sautait pas mal! »

À deux matchs d'une victoire en séries mondiales

C'est d'ailleurs l'équipe de Taïwan qui mettra un terme à la saison de rêve de l'équipe de Rouyn par la marque de 10-7. Les petits gars de Rouyn sont cependant les premiers à marquer contre la puissance asiatique. L'équipe de Taïwan sera finalement défaite 6-0 par l'équipe américaine de Kirkland, dans l'État de Washington, qui met ainsi fin à une séquence de 31 victoires d'affilée à Williamsport!

1982 marque aussi l'ouverture du Musée des Petites ligues Peter J. McGovern. C'est cette institution qui rendra hommage à l'équipe de Rouyn, ce samedi 19 août. Des 14 joueurs de la formation initiale, 11 joueurs seront sur place, dont les deux athlètes professionnels Pierre Turgeon et Stéphane Matteau.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une crampe musculaire vraiment intense





Rabais de la semaine